Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog de Chahid Slimani مدونة شهيد اسليماني

Vous qui entrez, gardez toute espérance…


Terre des hommes : La légende de Mali Sadio…

Publié par Chahid Slimani sur 13 Novembre 2012, 13:43pm

Catégories : #Terre des hommes

707_001.jpg
« On me parle de progrès, de "réalisations", de maladies guéries, de niveaux de vie élevés au-dessus d'eux-mêmes (...) Moi je parle de sociétés vidées d'elles-mêmes, des cultures confisquées, de religions assassinées, de magnificences artistiques anéanties, d'extraordinaires possibilités supprimées (...) Je parle de milliers d'hommes sacrifiés au Congo-Océan. Je parle de ceux qui, à l'heure où j'écris, sont en train de creuser à la main le port d'Abidjan ». Aimé Césaire, Discours sur le colonialisme
 
 
C’est une légende rapportée par la tradition orale africaine [1] et racontée de différentes manières selon le patrimoine culturel de plusieurs pays de l’Afrique de l’ouest, dont le Mali, le Sénégal, la Guinée-Bissau, la Guinée-Conakry et la Gambie. Devenue une pièce d’anthologie dans l’espace culturel africain, elle est racontée et chantée depuis plus d’un siècle par des conteurs, des griots [2] et des chanteurs maliens comme Dédé Kouyaté, Mangala Camara, Toumani Diabaté, Mah Kouyaté, Habib Koité… 
 

 
 
 
Selon la version malienne, la légende Mali Sadio (Mali Cajo ou Mali Tiatio pour d’autres) se déroule dans la ville historique de Bafulabé ou Bafoulabé, au Mali. En bambara [3] Mali signifie hippopotame et Bafulabé la rencontre de deux fleuves d’eau, le Bakoye et le Bafing qui prennent leur source en Guinée et qui forment le célèbre fleuve Sénégal.
 
1- L’Afrique martyrisée…
2- L’Afrique de l’amitié…
3- L’Afrique de l’amour et de la tragédie…
4- L’Afrique de la nature…
5- L’Afrique des autres…
 
487_001.jpg
 
1- L’Afrique martyrisée…
 
Mali ou Maliba est un hippopotame unique. Il a un chanfrein blanc et des pattes blanches jusqu’aux garrots. Il est lié d’amitié avec Sadio [4] une petite fille du village. Une première légende voudrait faire de Mali un martyr. Ainsi, suscitant la crainte du colonisateur remarquant l’attroupement des villageois autour de lui,  il va être abattu par un colon français, du nom de « Cauchon »[5], devant les yeux de sa petite amie qui symbolise l’innocence du pays et du continent. Cette version est un hymne à l’Afrique exploitée et martyrisée par le colonialisme européen hier, et occidental aujourd’hui.
 
2- L’Afrique de l’amitié…
 
Une seconde légende permet, heureusement, à Sadio et Mali de rester des amis inséparables et de vivre de très bons moments jusqu'à la fin de leurs jours. Célébrant et chantant leur amitié avec les griots africains : « L'amitié entre deux hommes est acceptée ; quand deux femmes se lient d'amitié cette autre amitié est acceptée. Toutefois, quand une femme et un homme se lient d'amitié, les gens d'aujourd'hui interprètent autrement cette amitié».
 
3- L’Afrique de l’amour et de la tragédie…
 
Une autre version est racontée par Denis Douyon [6] qui parle d’un fiancé mécontent du sort réservé à sa bien-aimée Tapama, emmurée vivante par les Soninké, et qui décide de s’exiler à Bafoulabé après s’être transformé en hippopotame. Mali tombe alors amoureux de Sadio, une jeune fille rencontrée sur les berges du fleuve Sénégal. Il devient aussi l’ami des pécheurs et des villageois qui l’appelaient « Le cheval de la rivière ». Mais un jour « des jaloux qui convoitaient la belle Sadio complotèrent contre Mali et l’abattirent ». Chagrinée, Sadio, comme Juliette de William Shakespeare, se donna la mort et fut enterrée près de Mali sur les berges du Sénégal. Depuis, c’est un lieu de pèlerinage. Les habitants de Bafulabé ont même fait élever une statue de bronze sur la place principale de la ville comme hommage à Mali-Sadio.
 
Cette version aussi tragique est un hymne à l’amitié et à l’amour. L’amour entre l’homme et l’animal. Un hymne à la séparation et au deuil. Le deuil d’un continent qui enterre ses enfants et ses traditions…  
 hippopotame.jpg
4- L’Afrique de la nature…
 
L’écrivain malien [7] Aboubacar Eros Sissoko a consacré tout un roman [8] à cette légende. Voulu comme un cri contre cette «  folie humaine » qui travaille contre la nature, le roman puise dans la légende de « Sadio et Maliba l'hippopotame » pour transmettre un véritable plaidoyer en faveur de la lutte pour la sauvegarde de l'environnement au Mali et en Afrique. C’est Maliba l'hippopotame qui demande à Sadio, avant de disparaitre, de propager ce message auprès des hommes : «il faut respecter la nature et vivre en harmonie avec elle, sinon un jour viendra où l'homme, voyant son environnement dégradé, regrettera le temps où lui et la nature vivaient en bonne entente».
 
5- L’Afrique des autres…
 Juan-Carlos-lors-d-un-safari-au-Botswana-en-2006 articlepho
Et je repense encore une fois à l’image bouleversante de Juan Carlos [9] posant fièrement devant un éléphant abattu au Botswana [10]. Cet éléphant n’était qu’un autre Mali, abattu par un étranger qui ignore tout de ce continent, de cette terre, de l’amitié, de l’amour et du chagrin de ses hommes et de ses animaux.[11]  


[1] Racontée sous forme de chants, contes, légendes, mythes ou épopées…
[2] Les griots sont à la fois musiciens, conteurs, chanteurs et poètes d’Afrique de l’Ouest et des régions islamisées d’Afrique orientale et centrale. Leurs instruments préférés sont le tambour d’aisselle, la flûte, la harpe-luth ou le balafon.
[3] Bambara est une langue nationale du Mali, appelée aussi « bamanan » ou « bamanankan »
[4] Qui signifie « le cadet des jumeaux ».
[5] Le cercle Bafulabé a été créé en 1887 sous le commandement du colon français Cauchon qui dirigeait un peloton militaire cantonné au bord du Bafing.
[6] Denis DOUYON, « L’amitié et l’amour dans les contes et légendes du Mali », Ethiopiques n°84, Littérature, philosophie et art, 1er semestre 2010
[7] Je pense aussi à Doumbi-Fakoly et son livre Mali-Sadio, l'hippopotame de Bafulabé.
[8]Aboubacar Eros Sissoko, Sadio et Maliba l'hippopotame, Légende du Mali, L’harmattan, 2005
[9] Les médias espagnols ont révélé que le roi d'Espagne Juan Carlos se déplaçait souvent en Afrique pour chasser les éléphants, ce qui coûtait  entre 7 et  20.000 euros pour chaque animal abattu.
© Photo delcampe.net, « Afrique noire, hippopotame tué par un frère de la mission des pères du st esprit »
© Photo delcampe.fr, « Expédition Citroën Centre Afrique - La Croisière Noire - La Chasse aux hippopotames (Oubangui-Chari) »
© Photo RANN SAFARIS/Almagro/ABACA
 

Commenter cet article

Aboubacar Eros Sissoko 09/03/2017 10:44

Legende de Mali Sadio

Lona 15/11/2012 23:47

Je connais ce regard d' assassin d' animaux, inhumain et récidiviste

Wisal saida 15/11/2012 15:18

Robert ne comprend visiblement pas la beauté de billet

Odon 07/06/2014 11:02

Comme vous avez raison "Wisal saida", en effet "Robert" ne comprend strictement rien ,il suffit de lire le discours sur le coloniaslime d'Aimé Césaire pour se rendre compte qu'il existe des millions de "Robert".

Dr Robert 14/11/2012 21:33


Connaissez-vous le rôle historique de la France au Mali au moins ?


 


Les différents acteurs de la coopération française et leurs rôles au Mali :


 


La reforme du dispositif d'aide française se traduit sur le terrain par l'octroi du rôle de coordination du dispositif
français à l'ambassade et par une nouvelle répartition des compétences à l'opérationnel entre le Service de Coopération et d'Action Culturelle (SCAC) de l'ambassade et l'Agence Française de
Développement (AFD) Désormais, le SCAC conserve la mise en oeuvre de l'aide dans les secteurs régaliens et vient en appui à l'ambassade sur le pilotage de l'aide. L'AFD est, quant à elle,
confirmée comme l'opérateur pivot et chargée de la mise en oeuvre de l'aide dans les secteurs devenus prioritaires de l'aide française.


 


L'évolution de l'aide française au Mali :


 


En 2005, les pays membres de la zone franc se sont accordés 16,5% du total de l'APD nette versée par la France au PED et
31% de l'aide française à l'Afrique sub-saharienne. Cette aide bilatérale aux pays de la zone franc s'est élevée en 2006 à 1,3 milliards de dollars dont 18% étaient constitués d'annulations de
dettes liées à la mise en oeuvre de l'initiative PPTE.

Claire 14/11/2012 20:19

sauvons d' abord le Mali d' une généralisation de la charia et parlons apres des hippopotames

Chahid Slimani 14/11/2012 19:45


Bonsoir Dr Robert


 


Avec cette crise en Europe, l’Afrique découvre la réalité des mauvais « donneurs de leçons » !


 


Amitiés

Chahid Slimani 14/11/2012 19:39


Bonsoir Alain


 


Comme l’Occident qui n’arrive pas à se démarquer de ses légendes bibliques et embrasser un monde et une réalité plus universels
et multiculturels !


 


Amitiés

Chahid Slimani 14/11/2012 19:31


Bonsoir Chérif Lassan


 


Et surtout aux traditions et cultures indomptables et éternelles…


 


Amitiés

Dr Robert 14/11/2012 18:25


l'Afrique mauvais élève du développement, de l'éducation, de la santé, de l'alimetation et de la sécurité, la poésie d'Aimé cesaire ne portera pas de solutions, admettons le mon ami!

Alain D 14/11/2012 14:09

L'Afrique n'arrive pas à se démarquer des légendes pour embrasser une réalité plus complexe

Chérif lassan 13/11/2012 22:59

Bel hommage au continent des lions indomptables

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents