Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog de Chahid Slimani مدونة شهيد اسليماني

Vous qui entrez, gardez toute espérance…


Syrie : la «Taqiya» des agités du bocal, Sartre, les rhinocéros et le ténia barbu

Publié par Chahid Slimani sur 19 Février 2012, 01:47am

Catégories : #Vérité

 rhinoceros poster final2011    
 
 
« JEAN. —  Alors ce brave Bœuf est devenu rhinocéros. Ah, ah, ah … Il s’est moqué de vous, il s’est déguisé. (Il sort sa tête par l’entrebâillement de la porte de la salle de bains. Il est très vert. Sa bosse est un peu plus grande, au-dessus du nez.) Il s’est déguisé.
BERENGER. — (se promenant dans la pièce, sans regarder Jean). — Je vous assure que ça avait l’air très sérieux.
JEAN. — Eh bien, ça le regarde. » Eugène Ionesco, Rhinocéros
 
 
 
 
Sartre fut sans aucun doute un grand penseur. Parmi les plus grands du XXe siècle. Son combat contre la torture et pour la liberté des peuples demeure une page rayonnante de la France des « Justes ».
 
Mais Sartre fut aussi un étonnant, voire, consternant et dépressif myope, au sens figuré. Il était incapable de prévoir et précipitamment flagellateur.
 
Quand Sartre se lance dans une diatribe, rien ne l’arrête. Tout le monde devient « traitre », « collabo » et « réactionnaire ». Le général de Gaulle une « merde », un « monstre » et un « porc ». Céline un « collaborateur payé par les nazis » etc.  
 
Quand il ovationne les dictateurs, rien ne l’arrête aussi.
 
Pour Sartre comme pour les mouvements dits « anti-impérialistes », c’est la mentalité de « prise de parti » qui dominait et domine encore. Il faut toujours choisir son camp pour le meilleur et pour le pire.   
 
Des séquelles que trimballent aujourd’hui obstinément les « pro-Assad » . Ces agités du bocal qui refusent d’évoluer pour faire face à un « ennemi commun » bien plus « sophistiqué », et qui préfèrent patauger dans la justification de l’atrocité et du crime de masse, perpétrés par des « soldats du Mahdi » habitués  des rues de Téhéran, de Bagdad et de Beyrouth.  
 
I- Le « volcan chiite », les rhinocéros et le lampadaire iranien
II- La paille, la poutre et la partialité 
III- La pornographie décente et le poisson-ballon 
IV- Le trouble dissociatif de l'identité 
V- Le ténia barbu qui joue de la flûte 
 
I- Le « volcan chiite », les rhinocéros et le lampadaire iranien
 
Les «prédictions » du grand sociologue et historien iraquien d’origine chiite, Ali Al-Wardi, annonçant un « volcan chiite » qui paralyserait le Moyen Orient par son communautarisme confessionnel, et pousserait même les plus laïques parmi les chiites à soutenir un « clergé suprême », se réalisent aujourd’hui.
 
Tous mes amis et « idoles » arabes d’origine chiite, des poètes, des universitaires, des laïques, des journalistes et des étudiants se soudent derrière Ali Khamenei  et son messianisme belliqueux à court terme et funeste à long terme. Ils se métamorphosent tous en rhinocéros. Je les entends tous hurler « Les marécages ! Les marécages !... »[1]. 2279_comedien.jpg
 
C’est triste, c’est inquiétant…
 
Je me rappelle avoir dit un jour à un ami « chiite », qui me boude aujourd’hui, « faites attention, votre communautarisme confessionnel est aussi votre talon d'Achille ».
 
Après le « volcan chiite » d’Ali Al-Wardi, le séisme du printemps arabe. Une première secousse, et Hassan Nasrallah et Ahmadinejad n’arrivent plus à entonner leurs fameux discours. 
 
Pourquoi ?
 
Les agités du bocal qui continuent de chercher la vérité sous la lumière du lampadaire iranien, tarderont à trouver la bonne réponse.
 
Patientons…
 
 
II- La paille, la poutre et la partialité 
 
Vivant aujourd’hui, Sartre aurait soutenu Assad le matin et parlé le soir de sa Nausée qui ne fait pas le poids en face d’un enfant syrien qui meurt.[2]
 
Les « pro-Assad » ne font que ça. Ils parlent de « Résistance » et pleurent les vies humaines quand elles sont victimes des « néoconservateurs » mais oublient de les pleurer quand elles sont victimes  des intérêts russes, chinois et iraniens.
 
Comme Sartre, quand les « pro-Assad » se lancent dans leur diatribe ou ovationnent leurs « chers » dictateurs et Ayatollah, impossible de les arrêter. Ils n’écoutent pas, ils n’écoutent plus. Ils sont en avant sur leur époque, ils sont sages, ils ont tout compris depuis le déluge jusqu’au déluge. Ils ont encouragé Kadhafi dans sa descente en enfer et ils continuent de le faire avec Bachar. Ils n’ont rien compris au printemps arabe ces funestes criquets car ils n’évoluent pas, ils ne font que sauter, de drame en drame.  
 
Nous autres, nous sommes « des pro-sionistes, des pro-Emirs du Golfe, des réactionnaires, des cons, des imbéciles, des chiens… ». Ils nous fouettent « virtuellement » à défaut de nous fouetter réellement comme le font les « chabiha », sbires des régimes syrien et iranien [3]. 
 
III- La pornographie décente et le poisson-ballon 
     
    160912480
Si l’Empire, Israël et leurs vassaux continuent de « triompher » et de malmener le monde c’est parce qu’en face il y a un vrai asile de schizophrènes. Puissants, ils deviennent des Staline. Impuissants, ils sont des poissons-ballons comme Castro et Chavez.  Bernard Lewis et Henry Kissinger au « pays du divertissement ».  
 
Poutine et Hu Jintao et leur « pornographie décente », leur soi-disant « socialisme de marché », sont entre les deux en ce moment, entre Staline et le poisson-ballon. Ils dénoncent le « rêve américain » et le vivent en douce. Ils sont fascinés, ils jouent la partie et laissent les autres ramasser les balles.
     
obama-medvedev-hamburger pics 809
IV- Le trouble dissociatif de l'identité 
 
Vous connaissez l’histoire du blogueur chinois se présentant sous le nom de « Daniel Wu », le « chasseur de montres » qui a examiné les photos officielles du Parti communiste chinois, révélant que la plupart des hauts dirigeants portent au poignet des Rolex, Piaget, Jager et autres bijoux de l’horlogerie de luxe. Le blog a été censuré et « Daniel Wu » déclaré « ennemi de l'Etat ».
 

 


 
Le 29 août dernier, pendant que Bachar massacrait le peuple syrien, nous avons tous vu Vladimir Poutine arriver sur les lieux d’un meeting à Novorossiïsk, sur la mer Noire, en Harley Davidson. Ressuscitant idiotement le fameux personnage burlesque « President Camacho » du film « Idiocracy ». (voir la séquence 0:45: 16 )   
 
   

 
 
Et dire que les « pro-Poutine » traitent les autres « d’idiots » !  
 
 
V- Le ténia barbu qui joue de la flûte 
 
Empruntant le « style » de Céline, la réponse aux « pro-Assad » qui nous vendent un régime iranien théocrate, communautariste et machiavélique, aurait été la même que pour Sartre « (…) Attendez J.B. S. avant que de commettre les gaffes suprêmes !... Tâtez-vous ! Réfléchissez que l'horreur n'est rien sans le Songe et sans la Musique... Je vous vois bien ténia, certes, mais pas cobra, pas cobra du tout... nul à la flûte ! Macbeth n'est que du Grand-Guignol, et des mauvais jours, sans musique, sans rêve... Vous êtes méchant, sale, ingrat, haineux, bourrique, ce n'est pas tout J.B. S. ! Cela ne suffit pas... Il faut danser encore !... Je veux bien me tromper bien sûr... Je ne demande pas mieux... J'irai vous applaudir lorsque vous serez enfin devenu un vrai monstre, que vous aurez payé, aux sorcières, ce qu'il faut, leur prix, pour qu'elles vous transmutent, éclosent, en vrai phénomène. En ténia qui joue de la flûte. »[4].
 
Un ténia barbu qui joue de la flûte, voilà justement le « parasite » islamiste que sèment les Ayatollah iraniens dans la région.
 
Mais évitons l’anathème et les « jugements de valeur » et rappelons simplement aux « pro-Assad » et aux autres, pour effacer tout malentendu : nous ne combattons pas l’ « Occident », l’ « Amérique », « Israël » ou « Rupert Murdoch » mais la Barbarie, l’Impérialisme, l’Injustice et la Propagande. La bêtise humaine tout simplement. Sans allégeance aveugle pour un « guide », une ethnie ou une confession quelconque.
 
Nous savons tous que la « pureté des motivations » n’existe dans aucun camp. C’est pourquoi notre combat doit être au-dessus de la mêlée.
 
Alors pourquoi toute cette « Taqiya » ?
 
Pourquoi As'ad AbuKhalil (Angy Arab)[5] et les autres agités du bocal iranien, sans parler des autres agités professionnels comme Thierry Meyssan, n’arrêtent-ils pas de tourner autour du pot et de se voiler la face.
 
Si vous êtes si « idolâtres » de ces régimes et de ces hommes dont le pouvoir est fondé sur une origine transcendante douteuse et invisible, dites-le ouvertement. Si vous êtes théocrates ou totalitaires, assumez-le, mais pitié arrêtez de jouer avec les mots « Occident », « Israël », « Résistants », « Complot », « Aljazeera » etc.
 
Vous n’êtes pas Noam Chomsky, un des rares à savoir manipuler comparaisons et analogie avec lucidité et sans mauvaise foi. Alors un peu d’humilité les amis car « au plus élevé trône du monde si ne sommes assis que sur notre cul. »[6].

[1] Cf Eugène Ionesco, Rhinocéros, Gallimard, 1959
[2]« En face d’un enfant qui meurt, La Nausée ne fait pas le poids » déclarait Sartre dans le journal Le Monde du 18 avril 1964 sous le titre « Jean-Paul Sartre s’explique sur Les Mots ». Sartre critiquait ainsi les limites et le décalage entre la littérature en Occident et les problèmes dramatiques de la faim et du sous- développement...
  La Nausée est un roman philosophique de Jean-Paul Sartre, publié en 1938.
[4] Louis-Ferdinand Céline, « À l'agité du bocal », « La lettre de Céline sur Sartre et l'existentialisme », novembre 1948. Ce pamphlet est la réponse de Céline à Jean-Paul Sartre qui a publié un article intitulé « Portrait d'un antisémite » en décembre 1945, accusant Céline de collaboration.
[5] Qui vit en Amérique d’ailleurs, pas en Iran, en Russie ou en Chine.
[6] Montaigne, Essais, 1580. « Si » a le sens de « pourtant » dans cette formule.
© Poster for Rhinoceros by Eugene Ionesco / acrylic on illustration board, 2011
© Le comédien Léo Ilial dans 'Le Rhinocéros' présenté au TNM, Théâtre du Nouveau Monde
© Photo Reuters, Barack Obama et Dmitri Medvedev attablés autour d'un hamburger d'un diner d'Arlington.
© Photo RIA Novosti. Mikhail Klementiev,  Dmitry Medvedev and Arnold Schwarzenegger
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Noor 22/02/2012 17:37


Salam à vous









Maher Zain - Palestine Will Be Free | ماهر زين - فلسطين ... - YouTube






Jean-Claude M 20/02/2012 20:44

Vous n etes pas le seul à prêcher dans le désert , pour appartenir au camp de la morale dites que l'Iran est un pays convoité et opprimé et assad un démocrate mal compris L'Iran nous mène vers un
conflit régional de grande ampleur et il faut toujours impliquer Israël comme le fait malencontreusement Aline Je suis effrayé par le nombre de réactions qui approuvent les crimes du dictateur
syrien

Lazerg 20/02/2012 19:02

L'argent du Qatar si tu nous attrapes! Saddam est fier de toi sadamien primaire

Marcel 20/02/2012 16:16

Un pastiche plus ou moins réussi à prendre ou à laisser sans insultes, l'auteur exprime une opinion il faut réfuter les idées par des idées,je vous meme certains mêler Israël mais pourquoi donc?

Chahid Slimani 19/02/2012 23:50


Bonjour Nadia


 


Et que dire des vraies salves que reçoivent en ce moment les Syriens pour avoir voulu une
Syrie plus libre et moins communautariste !


 


Amitiés   

Chahid Slimani 19/02/2012 23:44


suite du commentaire


 


Mes amis chiites, ne sont pas des Iraniens, ce sont des Arabes, et je réagis à l’idée de voir mon ami citoyen libanais
ou iraquien déclarer ouvertement son allégeance à un autre chef d’Etat ou régime. On dirait Arno Klarsfeld déclarant son allégeance aux dirigeants israéliens … 


 


S’ils doivent se souder c’est derrière un printemps qui se veut avant tout « rassembleur »…


 


Il est inconcevable de stopper le printemps arabe à cause d’une partie d’échecs qui se joue entre l’Iran et l’Occident.


 


Jusqu’à présent je ne vois pas la « ligue arabe » s’immiscer dans les affaires intérieures de l’Iran, mais bien le
contraire. N’oublions pas que la Syrie est une affaire intérieure de la « ligue arabe », du moins c’est ce que les Syriens veulent et revendiquent.


 


La Syrie ne sera jamais le « siège d’une guerre de religion », mais avec l’obstination des agités du bocal, je le dis encore
une fois, personne ne remarque que la vraie cible est et sera le Liban.


 


Israël ne frappera pas l’Iran mais bien le Liban et encore une fois cette petite nation va subir les conséquences de
l’imbrication des intérêts de l’Iran avec la région.  


 


Bachar, obstiné qu’il est, est en train de condamner le Liban, le Hezbollah et tout le reste.


 


Le Hamas ?


 


Justement, le cas du Hamas et la fuite en avant de ses dirigeants révèle le degré de pression et de « chantage
confessionnel » qu’ils ont subi ces années de la part des Ayatollah iraniens.


 


On savait Khaled Mechaal et les autres embarrassés par le prosélytisme et  les « avances » confessionnelles  des Ayatollah, qui, malgré ce que vous voyez de leur
« sagesse » politique, demeurent des fous du Mahdi, c’est pourquoi j’ai dit à mon ami « faites attention, votre communautarisme confessionnel est aussi votre talon d'Achille »…


 


Et c’est pourquoi je cite Ali Al-Wardi qui est d’origine chiite et qui a fait de longues
recherches et études sur la question, concluant que le « volcan chiite dévorera le volcan chiite »…


 


Le printemps arabe peine à faire comprendre aux autres que la « révolution
islamique » à l’iranienne s’achève…


 


Amitiés  

Chahid Slimani 19/02/2012 23:28


Bonjour chère Madame Aline


 


Absolument d’accord avec vous il y a trop de vipères qui guettent.


 


Les Iraniens et Assad le savaient très bien, et pourtant ils n’ont rien fait pour désamorcer la bombe. Il y a des mois je me rappelle
avoir écrit sur le blog de notre ami Georges que « le chemin du sang est sans retour », Bachar avait encore une marge de manœuvre et les vipères ne pouvaient qu’attendre et
« Burhan Ghalioun » ne pouvait rien espérer ou revendiquer encore… ce même « Burhan Ghalioun » devra bientôt d’ailleurs céder la place… il ne faut pas se focaliser trop sur
lui…


 


Mais au lieu d’écouter les revendications de la rue, Bachar a préféré, comme son père, la solution du feu et du sang, se trompant
lamentablement d’époque comme Moubarak et les autres.


 


On parle de 20 mille victimes, de crimes contre l’humanité…


 


Que peut-on ou doit-on dire désormais?  


 


Peut-on défendre un régime qui ne sait pas se défendre, qui s’obstine à s’embourber ?


 


Doit-on se taire sur les massacres du présent redoutant un avenir qui ne viendra peut être pas ?


 


Ce sont des vies humaines innocentes qui tombent, si les Iraniens et les chiites ne le voient pas aujourd’hui comme
« Aljazeera » l’a vu et dénoncé en 2006 au sud Liban, peut-on se soucier encore du sort des Iraniens ?


 


Je réponds, oui, absolument, nous soutiendrons le peuple iranien
contre toute agression, car  il faut distinguer entre ces « Iraniens qui sont un peuple qui possède une identité nationale forte  construite au fil des siècles » et un régime théocrate qui les prend en otage.


 


Leur guide, Ali Khamenei, comme tout Ayatollah d’ailleurs, se déclare « descendant du
prophète » donc « Arabe », « l’identité nationale » en Iran demeure donc un autre sujet fort épineux…


 


(…)

Nadia 19/02/2012 21:06

Bonjour cher ami Quelle salve d'insultes tu reçois pour avoir voulu rassembler et porter secours à un peuple désarmé et impuissant Des trolls qui en plus parlent un bon français,bravo l'iran!!!

Mercato 19/02/2012 20:11

Le ton monte entre Arabes, de quoi je me mêle ! J'aime le style,les idées un peu,je suis pas bien informé des soubassements du sujets,comme tout le monde je trouve que bachar est boucher,de quoi je
me mêle!

Top model 19/02/2012 18:35

Et toi tu sème tes crottes partout petit agité du qatar toi et ton printemps des crottes et tes vidéos débiles

Masari 19/02/2012 18:31

Passe prendre ton cheque chez hamad bin khalifa,régale toi tu es comme eux

Fadel 19/02/2012 18:11

Ce blog c'est aljazeera en français,un tambour de guerre et de haine

Aline 19/02/2012 17:30


Cher Chahid, bonjour,



« Le colibri peut vaincre la vipère » écrivez-vous. Que deviendra le pauvre colibri s’il se trouve face,  non pas à une seule vipère, mais face à tout à un nid? Certes – et nous
sommes d’accord sur ce point – il est urgent de se débarrasser de la vipère qui harasse les colibris depuis trop longtemps. Mais des nids entiers de vipères et même de boas menacent les
courageux  colibris en ce moment en Syrie.


Parmi ces vipères, vous identifiez surtout les chiites et l’Iran. Je n’ai pas vu que vous citiez le Gallioun cornaqué par la France, Israël et les USA, et  tout l’ensemble de l’OTAN, Turquie
en tête,  qui se sont précipités sur la Syrie comme des guêpes sur un pot de miel.  L’émigré apatride Gallioun a déjà annoncé la couleur, c'est-à-dire sa soumission aux sionistes. On
voit parfaitement que pour cet homme, la Syrie n’est pas une patrie, mais un territoire quelconque dans lequel il n’est pas investi d’une façon charnelle et qu’il est prêt à soumettre à ses
sponsors ou à brader moyennant un plat de lentilles.



Je crois comprendre pourquoi «  tous vos amis et « idoles » d’origine chiite, des poètes, des universitaires, des laïques, des journalistes et des étudiants se soudent derrière Ali
Khamenei » alors qu’ils n’approuvent probablement pas sa politique, sinon ils n’auraient pas été vos amis. Mais quand la patrie est en danger et risque de subir le sort de l’Irak, détruit
par les mêmes qui se présentent comme ardents soutiens des colibris, tous ceux qui aiment leur pays font front. L’Iran en tant que patrie et bien que momentanément dirigé par les mollahs – un
accident de l’histoire -   est un patrimoine précieux à protéger contre les prédateurs américano-sionisto-otano-quataris, que vous n’évoquez pas et qui ne sont pas chiites.


Ce sont eux qui ont empêché les colibris syriens de mener à bien leur insurrection pacifique, qui se poursuit néanmoins courageusement. Ce sont eux qui ont importé sur le terrain des mercenaires
étrangers armés jusqu’aux dents et  qui fournissent à Bachar le prétexte d’invoquer un complot de l’étranger et de continuer ses exactions.



 Les Iraniens sont un peuple qui possède une identité nationale forte  construite au fil des siècles et qui, comme pour tous les vrais peuples, défie les aléas conjoncturels des régimes
politiques. C’est pourquoi vos amis, entendant les tambours de la guerre, sont solidaires de leur patrie, quel que soit son régime politique. C’est précisément ce patriotisme national 
qui  manque à de nombreux dirigeants de la région. Voyez comment le dirigeant palestinien Abbas brade la Palestine et comment il vient, une nouvelle fois,  de rouler dans la farine le
Hamas et la cause palestinienne. Il n’est pas besoin d’être chiite pour trahir les siens.



Faut-il entendre  que la Syrie est le siège d’une guerre de religion, avec les chiites dans le rôle des méchants conquérants et les potentats de la ligue arabe dans le rôle de gentils
défenseurs de la démocratie ? Vous avouerez que c’est inattendu et cocasse. Est-ce que les divisions religieuses auraient  pris le dessus sur les revendications politiques ?  La
question qui se pose aujourd’hui est de savoir si la Syrie est d’abord et en premier une nation à sauver d’urgence face à une coalition dont le cœur est en Israël et qui, pour être hétéroclite,
n’en est pas moins dangereuse,  en attendant de pouvoir changer un  régime politique syrien  honni, qui tombera de toutes façons.



La Russie et la Chine sont des alliés de circonstance et ces Etats défendent évidemment leurs intérêts propres, comme le font tous les Etats de la planète. Il s’agit pour  eux d’arrêter la
progression de l’empire à leurs frontières, ce qui explique les réactions hystériques du clan  belliciste à la suite de leur dernier veto. Pour l’instant, ils empêchent au moins BHL d’entrer
dans  Damas en libérateur sur un char Merkava.



Avec toute mon amitié

Noor 19/02/2012 10:44


Votre article... s'est l'enfer sur Terre.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents