Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog de Chahid Slimani مدونة شهيد اسليماني

Vous qui entrez, gardez toute espérance…


Palestine : la leçon des enfants de Bassem et Nariman Tamimi à Mahmoud Abbas…

Publié par Chahid Slimani sur 3 Novembre 2012, 23:58pm

Catégories : #Palestine

sd-copie-1.png
« Face à l'expansion guerrière d'un empire, il n'y a que deux logiques possibles : celle de la soumission et celle du combat. (…) Platon explique dans la République qu'une génération vaincue engendre nécessairement deux générations d'aveugles, mais que la troisième se réveille non moins nécessairement» Manuel de Diéguez
 
Souvenez-vous de Bassem Tamimi du village Nabi Saleh de Cisjordanie et de sa lutte désespérée contre le vol et le viol des terres par les colons sionistes. Enlevé par les soldats sionistes et emprisonné arbitrairement durant plus d’une année, libéré le mois de mai dernier puis enlevé et emprisonné encore une fois depuis le mois d’octobre.  09.jpg
 
Souvenez-vous aussi de Nariman Tamimi, son épouse qui a connu le même sort. Enlèvement, emprisonnement, libération, puis enlèvement encore une fois. L’arbitraire, l’intimidation et l’humiliation éternels d’une sale occupation et d’un sale occupant. [1]   
 
Bassem et Nariman Tamimi ont des enfants aussi tenaces et courageux. Après l’enlèvement hier de leur frère, l’enfant Waad Tamimi, les filles Tamimi ont donné une leçon de courage et de résistance non seulement à la meute de soldats sionistes qui les encerclaient mais aussi et surtout au servile Mahmoud Abbas et ses pantins collaborateurs. [2]  
 

 
Ému, j’ai écouté les filles Tamimi s’insurger contre les soldats : « vous vous croyez supérieurs avec votre bouclier… avec vos armes… on n’a pas peur… si vous arrachez un olivier, nous planterons cent oliviers ».  
 
Pendant que la famille Tamimi et les autres s’insurgent, résistent et défendent oliviers, terre et dignité palestiniens,  Mahmoud Abbas conseillé par sa troupe de traitres, vient de  remettre en cause le droit au retour des réfugiés palestiniens de 1948 en déclarant dans une interview diffusée vendredi soir à la télévision israélienne : « Je veux voir Safed. C'est mon droit de voir Safed, mais pas de vivre là-bas » [3]
 sss.png
Les filles de Bassem et Nariman Tamimi ont compris ce que ces vieux sabots n’ont jamais pu comprendre de la cause palestinienne : on ne négocie pas avec un occupant, on lui résiste, on le combat. Tout compromis et toute concession est un cadeau stratégique donné naïvement et lâchement aux sionistes.
 
En renonçant au droit au retour des réfugiés palestiniens, on renonce à toute légitimité. Il est temps de tourner la page funeste de Mahmoud Abbas et donner les rênes à un printemps palestinien, celui de la génération des enfants de Bassem et Nariman Tamimi.


[1] Lire les « Chroniques de la Palestine occupée »  de la philosophe Aline de Diéguez
[2] Lire Aline de Diéguez, « La collaboration consensuelle »
[3] Mahmoud Abbas est né en 1935 à Safed alors en Palestine sous mandat britannique. 
© Photos Raya FM

N.B. La vidéo s’affiche correctement sur Firefox

Commenter cet article

noor 11/11/2012 22:29

Le terme "islamiste" n'est il pas employe trop abusivement et sans discernement par nos medias ? D'ailleurs nous devrions dire. "Judaiste, et chretienniste non !

Wisal saida 08/11/2012 15:37

Harris tous les israéliens se vantent d' etre "sionistes" pourquoi pas vous?

Harris 06/11/2012 19:16


le terme "sioniste" est employé abusivement et sans discernement

Samuel Lee Jackson 06/11/2012 17:43

Abbas a voté pour Romney

Youssef Badawi 06/11/2012 15:49


Abu Mazen n’en est pas moins allé trop loin dans tous les domaines imaginables de la moralité islamique, ce qui soulève de graves questions à propos de sa capacité et de sa condition physique à
rester à la tête de l’AP.


Il y a quelques semaines, il déclarait à un rabbin en visite à Ramallah que si Israël avait été établi c’était pour rester toujours. La remarque, répulsive, a été formulée en arabe, ce qui prouve
qu’Abbas n’a que peu, voire pas du tout de respect pour les dizaines de milliers de Palestiniens et d’Arabes, martyrs et victimes, qui ont perdu la vie au cours de la lutte contre les occupants
et les oppresseurs sionistes.


Et maintenant, il est en train de dire que les réfugiés n’ont aucun droit au rapatriement dans leurs maisons et villages d’où ils ont été expulsés sous les armes pointées par les terroristes
sionistes. Il s’agit purement et simplement d’une apostasie nationale. Abbas n’avait aucun droit à dire ce qu’il a dit. La Palestine n’est pas une communauté privée de sa famille à céder au
sionisme. En fait, la seule façon pour lui de se racheter pour ce blasphème serait de démissionner de la présidence de l’OLP et de celle de l’AP. Mais a-t-il le courage moral et la droiture de
soumettre sa démission ?


On dit qu’Abbas a son doctorat de sciences politiques. Si c’est vrai, il devrait se rendre compte du fait que le droit au retour est un droit parfaitement établi dans la législation
internationale tel qu’inscrit dans la résolution 194 des Nations-Unies.


En effet, si les réfugiés palestiniens n’ont aucun droit au rapatriement et à indemnisation en vertu de la résolution 149 des Nations-Unies, alors dans le même esprit, les Palestiniens ne
devraient avoir aucun droit à exiger l’évacuation israélienne des territoires saisis par Israël en 1967, comme stipulé dans la résolution 242 du Conseil de sécurité des Nations-Unies, et à plus
forte raison d’avoir un État viable en Cisjordanie et dans la bande de Gaza.


Assurément, les remarques d’Abu Mazem reflètent un profond désespoir, une frustration et même une dépression face à l’arrogance israélienne, de la complicité de l’Amérique et de l’incompétence de
l’Europe, aussi bien que de la faiblesse arabo-musulmane.


Cependant, Abbas, ses larbins, et les Palestiniens en général, doivent assimiler le fait qu’il s’agit d’un conflit historique qui se terminera seulement avec la fin et la disparition définitive
de cette entité maléfique, connue sous le nom d’Israël.


Nous ne nions pas qu’Israël et ses alliés sont à l’heure actuelle militairement puissants. Nous serions aveugles et complètement insensés si nous n’admettions pas cette réalité importante.


Mais les réalités politiques et militaires ne sont pas des constantes immuables ; ce sont au contraire des variables.


Le regretté Sheikh Ahmed Yasin, assassiné par les nazis de notre époque il y a presque dix ans, avait compris cette importante formule historique. Il a dit, « le fort ne reste
jamais fort éternellement, et le faible ne reste pas faible éternellement ».


Autre chose. Il est vraiment honteux que la majeure partie de la direction du Fatah soit demeurée silencieuse, refusant de condamner publiquement les propos ignominieux de son dirigeant, vraiment
à la limite d’une trahison nationale.


En fait, certains dirigeants du Fatah, comme Nimr Hammad et Nabil Abu Rudeina, ont cherché à détourner l’attention de ce nouveau scandale. Un employé de l’AP a suggéré qu’Abbas ne savait pas ce
qu’il disait.


Bon. Si Abbas ne savait pas ce qu’il disait, alors il lui faut se retirer sans bruit et arrêter d’infliger plus de dommages à la cause nationale.


D’ailleurs, le manque de courage choquant de la direction du Fatah est une preuve supplémentaire que le Fatah est, dans sa structure actuelle, absolument inapte pour conduire le peuple
palestinien sur les rivages de la sécurité.


Et maintenant, quelques mots à l’attention des sionistes arrogants, grisés par leur force militaire et leur domination sur le gouvernement américain. Il vous est conseillé de ne pas accorder trop
de crédit aux propos frustrés d’Abbas. Ses remarques ne reflètent pas l’opinion de la plus grande majorité
des Palestiniens.


C’est tout à fait visible dans les réactions rigoureuses émanant de nombreux milieux de la communauté palestinienne, y compris de l’intérieur de l’OLP elle-même.


Au mieux, ses remarques doivent être interprétées comme une expression supplémentaire de frustration et de désespoir de la part d’un dirigeant démoralisé qui, apparemment, a quelque difficulté à
faire une différence entre pragmatisme et capitulation.



N’y a-t-il aucune limite à l’impudence d’Abbas ?


lundi 5 novembre 2012 - 07h:33


Khalid Amayreh

Youssef Badawi 06/11/2012 15:48


Profondément démoralisé


Au ton de sa voix, Abbas paraissait
profondément démoralisé, ayant vu le soi-disant processus de paix, avec un Israël irrémédiablement cupide et constamment en train de chercher toujours plus de lebensraum (espace vital) aux dépens
des Palestiniens, se réduire en miettes.


En réalité, Abbas, co-ingénieur de cette tristement malédiction connue sous le nom d’Accords d’Oslo, n’a jamais arrêté d’essayer de vendre des chimères palestiniennes.


Nous nous rappelons tous de ses nombreux jeux de faux-semblants - de son célèbre accord avec Yossi Belin à toutes ses déclarations théâtrales mais vides de droits - (Droit de Septembre, Feuille
de route, Conférence d’Annapolis, etc.).


Maintenant à 76 ans, Abbas se rend compte que tous ses espoirs, et à plus forte raison ses désirs, se sont évaporés du fait de l’intransigeance et de l’arrogance de pouvoir israéliennes.


Cependant, au lieu de prendre une position digne face à l’insolence israélienne, le dirigeant de l’AP s’est empressé de ramper aux pieds d’Israël, pensant que les Israéliens allaient se calmer,
feraient preuve de magnanimité et accorderaient à l’OLP un État viable sur moins de 25 % de la Palestine mandataire.


A noter que les remarques choquantes d’Abbas coïncidaient avec l’anniversaire annuel de l’infâme Déclaration
Balfour qui a offert la Palestine au sionisme sur un plateau d’argent.


Inutile de le dire, cette malencontreuse coïncidence montre que l’actuel dirigeant de l’OLP va jusqu’à manquer de l’élémentaire conscience historique que tout dirigeant palestinien doit posséder
afin de progresser vers la libération définitive de la Palestine


Nous ne voulons pas accabler Abbas d’épithètes de trahison et de perfidie. Après tout, l’homme n’est pas Salahuddin. Il n’est même pas Arafat, lui n’aurait jamais abandonné le droit sacré au
retour, en dépit de la pression immense sous laquelle se trouvait le regretté dirigeant palestinien de la part de ses amis comme de ses ennemis, ce qui finalement lui a coûté la vie.

Youssef Badawi 06/11/2012 15:42


http://www.palestine-solidarite.org/dossier.enfants_de_Palestine.sommaire.htm 

Teemix 06/11/2012 15:37

Sortez moi ce traitre que je ne voudrais plus voir

Chahid Slimani 05/11/2012 22:25


Bonjour Youssef Badawi


 


Merci de vos liens et vidéo ! Pouvez-vous reposter le lien de la page internet (www.) car le copié-collé des liens ne marche
pas.


 


Amitiés

Youssef Badawi 05/11/2012 20:26


Un enfant Palestinien n'accepte pas que son père soit arrêté par l'armée Israélienne, que va t-il faire ? Il va défendre son père, très émouvant ... Les dirigeants du monde ne devraient-ils pas
prendre exemple sur lui ?


Palestine : Un enfant exemplaire http://www.youtube.com/watch?v=Fu6ZqwRD48A 

Youssef Badawi 05/11/2012 20:20


 


Enfants de Palestine





 


- 25.08.12 : Rosa Moussaoui. Israël : accablant récits de soldats
- 02.07.12 : CAPJPO. A propos de la torture des enfants palestiniens par Israël
- 25.04.12 : Nurit Peled Elhanan. En mémoire de quatre jeunes Palestiniens tués cette semaine ...
- 05.04.12 : CPI. 190 enfants palestiniens souffrent dans les geôles de l'occupant israélien
- 26.03.12 : Plus de 400 enfants massacrés à Gaza (2008-2009)


Archives 2010 et avant

Lavis 05/11/2012 20:10

Tant que le Fatah soutient Abbas il ne partira pas, tant que le Hamas occupe Gaza le Fatah soutiendra Abbas, j'espère que comprenez ce cercle?

Max 04/11/2012 22:49

la petite est redoutable

Chahid Slimani 04/11/2012 21:04


Bonjour Artouz, Wisal et Miller


 


Le cri de ces enfants palestiniens est le cri de l’enfant du conte d’Andersen : « Le roi est nu, il n’a pas d’habit du
tout » !


 


Un cri contre l’imposture, un cri qui fait tomber les masques !


 


Amitiés

Miller 04/11/2012 20:36

Chapeau bas! Les enfants palestiniens sont en avant sur les autres enfants de leur âge, en même temps ils sont privés de leur enfance

Wisal saida 04/11/2012 19:13

La place de ce traitre est avec moubarak en prison

Artouz 04/11/2012 17:36

L'avenir de Mahmoud abbas dépend de la sentence d' Obama ou Romney apès les élections

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents