Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog de Chahid Slimani مدونة شهيد اسليماني

Vous qui entrez, gardez toute espérance…


Jeu de pouvoir. Acte II - La leçon tunisienne : le Colibri peut vaincre la vipère

Publié par Chahid Slimani sur 15 Janvier 2011, 22:33pm

Catégories : #Liberté

 

colibri

« Nous proposons que le savoir-faire qui est reconnu dans le monde entier de nos forces de sécurité permette de régler des situations sécuritaires de ce type » Michèle Alliot-Marie

 

 

En apprenant que des hordes de criminels sont en train de piller des villes et des villages tunisiens, voulant dans le noir saper lâchement les acquis de tous ces courageux chahid (témoins et martyrs) et colibris tunisiens, j’ai voulu réagir et écrire quelque chose sur les concepts de « collectivité » et de « foule » et soutenir en même temps le peuple tunisien dans sa marche mémorable et héroïque vers la liberté.

 

La journée du 14 janvier 2011 est une journée mémorable dans l’histoire de la Tunisie et du monde arabe. Les jours, les mois et les années qui vont venir nous diront pourquoi.  

 

 

I- Mohamed Bouazizi, le colibri aux ailes brulées qui a vaincu la vipère

 

Ceux qui connaissent très bien les sociétés musulmanes, ont compris très tôt que l’immolation par le feu du jeune Mohamed Bouazizi[1] est un vrai tournant pour une société arabe et musulmane. Seuls Ben Ali et ses sbires ivres de pouvoir n’ont rien vu venir. Le suicide étant interdit en Islam, qu’un jeune homme décide de franchir ce pas d’une manière aussi spectaculaire, malgré le poids, pour ne pas dire le fardeau d’une certaine culture, c’est le signe non seulement du désespoir, mais du séisme qui se prépare au Maghreb et partout dans le monde arabe. Ritualiser le suicide comme moyen de protestation sociale est le tournant qui va changer la face du monde arabe.  161959_174304735941811_3181179_n.jpg

 

Ils lui ont refusé la survie, il a choisi la mort. « Être ou ne pas être », Hamlet a hésité, mais Bouazizi l’a fait. Bouazizi ne supportait plus sa condition de Sisyphe. La délivrance. « mourir, dormir, pas plus »[2].  

 

Que vont oser dire maintenant les religieux tunisiens et musulmans ?

Mohamed Bouazizi symbole du « sacrifice », du martyre et du ras-le-bol, de la dignité et de la révolution, serait-il  « maudit » ?

 

Voilà, c’est un vrai séisme qui a frappé la conscience de tous les musulmans qui préfèrent afficher leur piété et puritanisme hypocrites et laissent s’enfoncer dans la misère et s’écraser leurs concitoyens qui ne peuvent plus supporter la Hogra الحكرة(l’injustice, Dolm   الظلم en arabe), ce fameux mot que répètent tous les Maghrébins avec amertume.

 

 

II- La chute de Ben Ali

 

Dans la célèbre pièce de Shakespeare, Macbeth est un personnage tragique qui, incité par son épouse Lady Macbeth et les prophéties des sorcières, les « Weird sisters », assassine le roi Duncan et devient le nouveau roi d’Ecosse qui régnera par le sabre et le crime. Mais la roue tourne et le tour de Macbeth vient un jour. Affaibli, seul et assiégé dans son sombre château,  Macbeth a compris que tout pouvoir est éphémère.

 

En écoutant le dernier discours de Ben Ali, jadis «patron des patrons », comme disent les Tunisiens, affaibli, seul et assiégé dans son sombre château, j’ai pensé à Macbeth, j’ai pensé au « château du pouvoir », aux «châteaux du pouvoir » partout dans le monde arabe et ailleurs, j’ai pensé à la chute inéluctable de tout tyran.

 

III- La passion ou la Raison

 

Ce que les Maghrébins et les Arabes doivent comprendre de ce qui se passe en ce moment en Tunisie, et qui est le vrai péril à prendre en compte et à prévenir, c’est que les dictateurs arabes par machiavélisme et mentalité d’ « après mon règne le déluge », n’ont jamais œuvré pour construire une collectivité capable de maintenir l’ordre chaque fois qu’il y a une crise grave. Les sociétés arabes ne sont en réalité que des foules hétérogènes animées par des passions personnelles mais jamais une passion commune ou universelle qui conduit à la Raison dont parle Hegel dans son œuvre posthume La Raison dans l’Histoire[3]. Cette passion commune ou universelle, les sociologues l’appellent l’âme de la société. Cette âme est un petit feu qui éclaire les horizons et le destin de chaque société en lui traçant des buts nobles au-dessus de la dérive des intérêts particuliers, des fins spéciales et des intentions égoïstes. «  en ce sens que l’homme met toute l’énergie de son vouloir et de son caractère au service de ces buts en leur sacrifiant tout ce qui pourrait être un autre but, ou plutôt en leur sacrifiant tout le reste » écrit  Hegel.   

 

IV- La foule ou la collectivité

 

Voulant installer la « gouvernance » du chaos, du désordre et de la peur pour légitimer la main de fer autoritaire qui étrangle la société et ses libertés, les dictateurs arabes se sont attaqués en premier au concept même de « collectivité », étouffant la naissance et l’émancipation de toute société civile capable d’installer la gouvernance sur des principes solides et universels de démocratie, d’institutions et d’Etat de droit. La fameuse « rue arabe » n’est alors qu’un euphémisme pour désigner en réalité une foule arabe apathique et instrumentalisée incapable d’aller jusqu’au bout. Machiavel lui-même a reconnu l’importance de la collectivité « il ne suffit pas, pour le bonheur d’une République ou d’une monarchie, d’avoir un prince qui gouverne sagement pendant sa vie ; il en faut un qui lui donne des lois capables de la maintenir après sa mort »[4]. Maintenir la collectivité est le plus important. Un ami qui a visité récemment l’Allemagne m’a appelé pour me témoigner de sa fascination malgré les destructions des deux guerres mondiales, je lui ai dit qu’on peut abattre des hommes et raser des villes mais jamais une collectivité. Le pouvoir de la collectivité contre la violence de la personne et ses instruments[5].

 

163654_483857442636_693517636_6020477_7345054_n.jpg

 

En allant jusqu’au bout, les courageux colibris tunisiens  sont en train de construire la première vraie collectivité dans tout le monde arabe, après la collectivité des Palestiniens, les seuls arabes animés par une passion commune et universelle[6], une âme de la société palestinienne résistante. Alors que ce même jour du 14 janvier, la bourgeoisie tunisienne a voulu semer le chaos et la panique durant la nuit en lâchant des hordes de criminels et pilleurs pour réinstaller le désordre et faire renaitre la foule de ses cendres. Ben Ali et ses semblables ne gouvernent qu’avec la foule. Les Egyptiens les appellent al-baltajiya. 

 

J’espère alors que la « Ruse de la Raison » dont parle Hegel sera du côté de la collectivité des Tunisiens libres qui aspirent au progrès, le vrai progrès, celui de l’esprit non pas de la propagande des régimes en place.  

 

V- La leçon tunisienne

 

Les dirigeants arabes vont la retenir à l’envers. Fous et ivres de leur domination et pouvoir brutal, ils vont donc s’attaquer avec violence et férocité aux utilisateurs d’internet, aux blogs et aux pages facebook qui dérangent. Internet fait trembler désormais tous les « châteaux de pouvoir ».

 

Les dirigeants européens, s’ils déclarent le contraire en public, ils vont rester fidèles à l’ « approche » de  la ministre des affaires étrangères Michèle Alliot-Marie[7] : exporter ou sous-traiter leur savoir-faire en matière de « Kärcher ».

sarkozy-et-le-president-tunisien-ben.jpg

 

Les Américains sont des pragmatiques rusés, ils laissent se ridiculiser les responsables européens, pourtant leurs vassaux[8], et s’imposeront comme « défenseurs des peuples opprimés ». Ils savent que l’Europe est en train de perdre l’Afrique et le Maghreb.  

 

Les peuples arabes qui aspirent au changement et à l’émancipation, ont compris que la liberté ne tombe pas du ciel, elle se conquiert. Ils  doivent alors apprendre à défendre la collectivité de la foule, l’esprit de la propagande.

 

Merci à Mohamed Bouazizi et au peuple tunisien pour cette mémorable leçon.

 
 

[1] Qui est diplômé de l'université de Mahdia et chômeur comme les millions de diplômés maghrébins et arabes

[2] Par cette formule Hamlet semble au début souhaiter la mort. Lire le célèbre et émouvant monologue d'Hamlet

[3] Lire  Hegel,  La Raison dans l'Histoire. Introduction à la Philosophie de l'Histoire (1822-1830), trad. Papaioannou, UGE, 1965

[4] Nicolas Machiavel, Discours sur la Première décade de Tite-Live, Berger-Levrault, 1980, p. 65

[5] Lire Hannah Arendt, Du mensonge à la violence, Calmann-Lévy, 1972

© Photo Bencemate/BIOSPHOTO Colibri et vipère. Costa Rica

© AP, Jean-Paul Pelissier, Sarkozy et Ben Ali 

Commenter cet article

outlook mail 19/12/2013 11:35

I was indeed shocked beyond imagination to find that a humming bird is actually stronger than a viper and can defeat the same. Anyways thanks a lot for the share. I would like to read more interesting facts such as this.

Chahid Slimani 02/02/2011 06:33



Michèle Alliot-Marie a
profité de l'avion d'un proche de Ben Ali



Note 30/01/2011 23:51



Bonsoir cher Chahid,


.هنيئا علينا وعليك, الشعب يريد اسقاط النظام


Les manifestants mettent le feu au siège du Parti national démocratique (PND) au
Caire (Photo : AFP)






Chahid Slimani 26/01/2011 18:13



Infos


 


Les réseaux sociaux Twitter et Facebook bloqués en Egypte



Chahid Slimani 23/01/2011 23:28



La blague du jour : Frédéric Mitterrand exprime ses «regrets» aux
Tunisiens


 


 


«Les Tunisiens savent que je travaille au service de la Tunisie, et notamment dans le domaine culturel, depuis trente
ans. Comme beaucoup d'autres, je l'ai fait en essayant de privilégier le dialogue avec les autorités et souvent en allant jusqu'aux limites de ce qui était acceptable » (…) « Il se
trouve que, sans doute peut-être, le régime a essayé de me récupérer en me donnant la nationalité, mais je n'ai pas fait de compromis, aucun» dit Frédéric Mitterrand


 


Sur le même site un certain « TeaParty—2011-01-23 21:30:20 » a commenté l’information : « Il y
a de jeunes éphèbes boxeurs de 40 ans en Tunisie? »


 


… !



sir 23/01/2011 20:17



Lettre de Tunisie la semaine qui a fait tomber ben ali


http://blog.mondediplo.net/2011-01-19-La-semaine-qui-a-fait-tomber-Ben-Ali



Chahid Slimani 22/01/2011 18:31



Excellent texte du Philosophe Manuel de Diéguez sur Le réveil démocratique des peuples arabes et la chute d'Israël dans la
bio-génétique


 


1 - Israël se veut une ethnie juive. Qu'est-ce à dire?


2 - Les embarras anthropologiques de la démocratie


3 -Le passé théologique du simianthrope


4 - Peut-on se faire une image taillée de la France ?


5 - Les dieux en chair et en os et les dieux vaporisés


6 - Les juifs et les idoles


7 - De la localisation des dieux


8 - Le réflexe de Pavlov du sacré : l'incarnation des dieux


 9 - "Le colibri
et la vipère" (Chahid Slimani)



Chahid Slimani 22/01/2011 02:50



J’ai oublié d’ajouter cette vidéo !


 


Le
même Frédéric Mitterrand qui retire l'écrivain Louis-Ferdinand Céline du recueil des célébrations nationales 2011 !



Chahid Slimani 22/01/2011 00:39



Cher Georges bonsoir


 


Tu as parfaitement et pertinemment  décortiqué la réalité et la situation
en Tunisie durant ces trente dernières années. Qui parle de la Tunisie parle des autres pays arabes et maghrébins, quelques différences certes par rapport à l’homogénéité ou à
l’hétérogénéité  de certains « composants » (ethnies, culture, religion, minorités etc.)…


 


Une telle « révolution » on la verra jamais au Liban par exemple, en tout cas pas de la même
manière.


 


L’important quand on parle d’un effet domino est surtout de voir la « rue arabe » débarrassée de ses craintes
et de la manipulation, sortir clamer « paisiblement » ses droits, ses vrais droits qui permettront à la « mécanique démocratique » pour ne pas dire le « jeu
démocratique » de refléter le vrai visage et les vraies aspirations de la société arabe.


 


Le Maghreb est dans un tournant, nous risquons de rater notre siècle si nous continuons avec les mêmes mentalités, les
mêmes systèmes politiques, la même rhétorique, la même propagande, la même démagogie… nous allons droit au mur… et ce n’est qu’après quelques décennies que les tunisiens comprendront qu’ils ont
réalisé le seul et incontournable « moteur » capable de les propulser  dans leur siècle et époque : le pouvoir de la
collectivité.


 


Les tunisiens sont partis pour devenir le premier pays développé du Maghreb, car d’ici quelques années ils comprendront
seuls qu’il est temps désormais d’embrasser la vraie voie vers le progrès : la connaissance et la technologie.     المعرفة و التكنولوجيا     al-maarifa wa technologia en arabe.


 


La seule alternative efficace, responsable, pacifique et durable au pillage de certains réseaux occidentaux  et nationaux…


 


Autrefois il suffisait d’abattre un Patrice Lumumba ou Thomas Sankara pour briser le rêve d’une nation. Durant ces
derniers jours il aurait fallu abattre tout le peuple tunisien. Impossible. Échec et mat et Game Over alors de la « dictature et de ses sponsors étrangers » !


 


Mes félicitations et soutien pour tes quatre ans de résistance et de 
« blogging » cher Georges !


 


Amitiés



Georges Stanechy 21/01/2011 17:11



 


 


Cher Chahid Bonjour


 


Je partage ton émouvante et pertinente analyse sur la fragilité des pouvoirs et dictatures.


La roue tourne, effectivement…


 


Au cours de ces évènements j’ai pensé à l’écroulement de la dictature qui, si elle n'opprimait pas un pays arabe, présentait des
similitudes avec celle qui étouffait la Tunisie : celle du Shah d’Iran.


 


Il avait constitué une des premières armées du monde, ne cessant de s’en vanter, par des achats d’armements massifs. Les pétroliers, à
qui il bradait les ressources du pays, et l’ensemble du monde occidental le soutenaient. Prêt en en faire une puissance nucléaire (cf. les faramineux contrats Eurodif avec la France). Une des
polices secrètes parmi les plus sadiques et les plus ignobles qu’un peuple ait pu subir : la SAVAK.


 


Son régime s’est écroulé par la révolte populaire, l’armée refusant de tirer sur le peuple.  Mais, ayant tellement décapité les
élites au nom de la "lutte anticommuniste" (à l’époque l’épouvantail, pour justifier la répression des peuples, n’était pas "l’islamisme" mais le "communisme") ce sont les cadres religieux qui
ont encadré le mouvement.


 


Le contexte Tunisien est différent, mais on y retrouve les point-clé des mécanismes suicidaires de ce type de régime policier. Mes
séjours professionnels et contacts en Tunisie m'avaient particulièrement impressionné, devant la dimension incontrôlée des dérives du régime, à la merci d’une explosion imminente :


 


i) La sauvagerie exponentielle de la répression. Derrière un décor de stations balnéaires et de circuits touristiques,
la répression était perceptible. Circulaient des informations précises et recoupées, malgré la censure en Tunisie et dans les médias internationaux, sur ce qui se passait notamment dans la région
de Gafsa, en révolte depuis plus de deux ans, et dans d’autres parties isolées du pays. Les villes étant moins touchées par cette barbarie où, par exemple, des milices cagoulées (style SAVAK) se
livraient à des viols collectifs hommes et femmes, et autres violences, devant les familles, y compris devant les enfants.


 


ii) La féroce persécution de l’Islam (comme l’encouragea le Shah d’Iran se faisant couronner Empereur successeur de
Darius pour célébrer l’effacement de l’Islam en Perse), sous couvert de « laïcité » et de lutte contre l’islamisme, avec des services encadrés par des « étrangers » véhiculant
l'idéologie du “Choc des Civilisations” : fichage des fidèles fréquentant régulièrement les mosquées, pratiquant le Ramadan ou portant des tenues « « traditionnelles ». La
Tunisie était considérée comme un champ de bataille essentiel dans cette stratégie.


 


iii)  La négation de l’arabité de la Tunisie. Le régime allait très loin, sous la pression occidentale. C’est
ainsi que, les exemples sont multiples, sur des sites ou brochures touristiques était mentionné que la Tunisie n’était pas un peuple « arabe ». Se dire ou se croire « arabe »,
et donc solidaire des autres peuples arabes (manière ou "ardente obligation" d’oublier la Palestine...) devenait plus que suspect. Arracher ainsi une des composantes d’un peuple, car comme tous
les peuples la Tunisie a de multiples racines, ne peut provoquer que résistance et rejet.


 


iv)  Le pillage occidental. On noircit le tyran en fuite, mais il convient de ne pas oublier ses
"protecteurs".


Toute les principales industries, le système financier, les meilleurs terres agricoles, les meilleurs terrains constructibles, et
services publics, sont contrôlés par des intérêts étrangers (avec ou sans hommes de paille).


Jusqu’à la production de yaourts qui doit payer des royalties par pot distribué et consommé. Ce pillage ne peut durer.


D’autant plus que tout est fait, planifié, pour qu’il n’y ait aucun transfert de technologie en faveur du pays, pour le maintenir dans
la dépendance, s’agissant d’un pays musulman. Considéré, au maximum, comme un gentil et compréhensif sous-traitant. Ne générer que des emplois sous-payés et sous-qualifiés (tare de l’hôtellerie
et de la sous-traitance), n’est pas l’avenir d’un pays. Simplement, là encore, la stricte application de la stratégie du "Choc des Civilisations".


 


La révolte, ou la révolution, en Tunisie n’est pas qu’une affaire de niveau de vie ou de chômage, mais le magnifique exemple d’une
réappropriation de sa liberté, à l’encontre d’une dictature et de ses sponsors étrangers, mais tout aussi important de sa dignité.


 


Amitiés






Note 20/01/2011 23:40



@ Atatûrk,


Je ne voix pas d'arguments de votre part pour enrichir le débat,mais uniquement des accusations gratuites et une Hasbara trop classique et démodée : le recours aux armes de dissuasion
intellectuelle : taxer d'islamisme celui qui critique lelaïcisme aveugle ,d'ante-sémitisme celui qui
critique Israël l'imposture, decommunisme celui qui critique le capitalisme suicidaire...


Bon,reconnaissez au moins que ce blog est plus démocratique que ta Tunisie Benalienne .



Chahid Slimani 20/01/2011 22:41



@ Kemal Atatürk


 


Je
ne vois pas de « débat » ! Je ne vois que raccourcis et amalgame !



Malak 20/01/2011 21:59



à kemal


qui de ces deux ben ali tu regrettes et chiales???????????









Kemal Atatürk 20/01/2011 20:44



à chahid


j'aime pas ton sarcasme ni ta façon d'éviter le débat, je m'attendais à plus d'arguments, tu me déçois


 


à malak


ils t'ont volé ta brosse à dents rose les fordes de ben ali, les méchants


 


à note


tes arguments d'islamiste zélé sont si pauvres que je te classerai parmi la ,deuxième ligne d'islamiste, tu es moins dangeureux seulement zélé


tu apprendras mais pas dans ce site



Chahid Slimani 20/01/2011 19:05



Bonjour Note


 


Et comme toujours l’idéal bouc-émissaire de ces « oulémas »  est
l’incontournable Youssef al-Qardaoui qui subit ces derniers jours un feu nourri de critiques de la part des gardiens du temple de l’hypocrisie, l’accusant, en soutenant Bouazizi d’inciter les
jeunes au suicide !


 


Youssef al-Qardaoui a dû intervenir aujourd’hui pour calmer les « ardeurs » des
« oulémas » de papier! 


 


 Amitiés



Note 20/01/2011 17:50



Bonjour chahid,


Il parait que les Oulémas d'Al Azhar et d'ailleurs ont oublié que la responsabilité première des théologiens est de s'opposer au gouverneur injuste au lieu de laisser cette tâche aux jeunes
Bouazizi qui n'ont d'autres choix que le suicide.D'ailleurs ces derniers ne dénoncent-ils pas l'injustice,non avec leurs voix ou leurs coeurs, mais avec leurs mains et leurs corps,sacrifiant
ainsi ce qu'ils ont de plus précieux, leurs vies.Ils sont donc des martyres,n'en déplaise à ces corrompus. 


Les Oulémas du pouvoir, de la servitude, de la vassalité.....à vomir






Chahid Slimani 20/01/2011 01:38



Suite


 


II- A propos de l’injustice et des injustes


 


Sourate 43 : L'ornement (Azzukhruf) : « 51. Et Pharaon
fit une proclamation à son peuple et dit : "Ô mon peuple ! Le royaume de Misr [l'Egypte] ne m'appartient-il pas ainsi que ces canaux qui coulent à mes pieds ? N'observez-vous donc pas ?



52. Ne suis-je par meilleur que ce misérable qui sait à peine s'exprimer ?


53. Pourquoi ne lui a-t-on lancé des bracelets d'or ? Pourquoi les Anges ne l'ont-ils pas accompagné ?"


54. Ainsi chercha-t-il à étourdir son peuple et ainsi lui obéirent-ils car ils étaient des gens pervers. »


 


Sourate 28 : Le rècit (Al-Qasas) : « 38. Et Pharaon dit
: "Ô notables, je ne connais pas de divinité pour vous, autre que moi. Haman, allume-moi du feu sur l'argile puis construis-moi une tour peut-être alors monterai-je jusqu'au Dieu de Moïse. Je
pense plutôt qu'il est du nombre des menteurs".


39. Et il s'enfla d'orgueil sur terre ainsi que ses soldats, sans aucun droit. Et ils pensèrent qu'ils ne seraient pas
ramenés vers Nous.


40. Nous le saisîmes donc, ainsi que ses soldats, et les jetâmes dans le flot. Regarde donc ce qu'il est devenu des
injustes. »


 


Sourate 14 : Abraham (Ibrahim) : « 42. Et ne pense
point que Dieu soit inattentif à ce que font les injustes. Ils leur accordera un délai jusqu'au jour où leurs regards se figeront.


43. Ils courront [suppliant], levant la tête, les yeux hagards et les cœurs vides.


(…)


46. Ils ont certes comploté. Or leur complot est (inscrit) auprès de Dieu même si leur complot était assez puissant pour
faire disparaître les montagnes... »


 


Sourate 7 : Al-Araf : « 44. (…) : Que la malédiction de
Dieu soit sur les injustes,


45. qui obstruaient le sentier de Dieu, qui voulaient le rendre tortueux (…) »


 


Sourate 2 : La
vache (Al-Baqarah) : « 188. Et
ne dévorez pas mutuellement et illicitement vos biens, et ne vous en servez pas pour corrompre des juges pour vous permettre de dévorer une partie des biens des gens, injustement et
sciemment. »



Chahid Slimani 20/01/2011 01:38



Infos


 


Al-Azhar ou ce qui reste d’Al-Azhar qui n’est plus qu’un « champ de ruines » a été pressé de réagir par le régime en place le même jour du « sommet économique
arabe » qui se tient mercredi à Charm el-Cheikh, en Égypte . Son porte-parole a déclaré « L’islam interdit catégoriquement le suicide sous quelque raison que ce soit et ne permet pas de se
séparer de son corps pour exprimer un malaise, une colère ou une protestation » !


 


Rappelons à nos chers « savants » d’Al-Azhar qui sont mieux placés que moi pour le savoir, quelques versets du
Coran sur les injustes, les Tartuffe, l’injustice, la propagande et la servitude.


 


I- A propos de l’hypocrisie


 


Sourate 2 : La vache (Al-Baqarah) :« 9. Ils cherchent à
tromper Dieu et les croyants; mais ils ne trompent qu'eux-mêmes, et ils ne s'en rendent pas compte.


10. Il y a dans leurs cœurs une maladie (de doute et d'hypocrisie), et Dieu laisse croître leur maladie.»


 


Sourate 9 : Le repentir (At-Tawbah) :« 76. Mais,
lorsqu'Il leur donna de Sa grâce, ils s'en montrèrent avares et tournèrent le dos en faisant volte-face.


77. Il a donc suscité l'hypocrisie dans leurs cœurs, et cela jusqu'au jour où ils Le rencontreront, pour avoir violé ce
qu'ils avaient promis à Dieu et pour avoir menti.


78. Ne savent-ils pas que Dieu connaît leur secret et leurs conversations confidentielles et que Dieu connaît
parfaitement les (choses) inconnaissables. »



note 18/01/2011 23:41


Bonsoir Chahid et Malek, atatûrk n'est pas un démocrate pour un sou,et ce au nom même de la démocratie, quel incohérence mentale. Laissons le donc avec ses fantômes islamistes qui lui paraissent
partout et qui lui perturbent le sommeil. Il parait que les opportunistes et les anciens du régime tentent de rentrer par la fenêtre et saper le soulèvement des tunisiens et tirer ainsi meilleur
parti des circonstances. Espérons que ces derniers sauront mettre à nu ce complot diabolique.


Chahid Slimani 18/01/2011 22:41



@ Kemal Atatürk


 


 


Les islamistes tunisiens disent vouloir «vivre
avec tout le monde et construire ensemble»


 


 


Vincent Geisser, spécialiste
de la Tunisie: «Le départ de Ben Ali est comparable à la chute du Mur de Berlin»



Malak 18/01/2011 21:39



à kamel


figure toi que je connais très bien la tunisie ayant vécu labas plus de 6 ans


je connais les conditions de vie  et les intimidations de la police à tel point que moi meme j'ai été victime un jour de leur paranoia


nos contacts et sorties avec les amis et les etudiants tunisiens étaient surveillé et enregistré nos chambres tout le temps fouillées


toi tu ne connais rien de la tunisie mais tu t'en fous tu vois des islmaistes partout toi!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!



Kemal Atatürk 18/01/2011 20:06



à note et malak


 


que savez vous de la tunisie???????????????????????????????


chez vous devant vos écrans vous prenez le mlaheur des tunsiens pour une révolution du jasmin et vous revez d'un café au café des délices à tunis et tout va bien chantons et dansons yéyéyéyé


quand les islamistes du golfe s'empareront du pays on vous allez voir que c'est moins marrant,


votre liesse sera moins émotionnelle sous une burka!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


l'afghanisation rampante du monde arabe est en action



Chahid Slimani 18/01/2011 18:12



Voilà comment les responsables arabes et maghrébins interprètent la leçon tunisienne ! Ils sont fous et ivres je
vous dis…


 


Libye


 


« Le chef de l'Etat libyen, Mouammar Kadhafi, a
été le seul à regretter la révolution tunisienne. "A quoi cela sert-il ? (…) Il n'y a pas mieux que Zine [El-Abidine Ben Ali] pour gouverner la
Tunisie" »


 


Egypte


 


« Au Caire, en Egypte, c'est un restaurateur qui a tenté de mettre fin à ses jours de la même manière. Cet homme de
50 ans a également choisi de commettre cet acte devant un bâtiment officiel, l'Assemblée du peuple. Il protestait contre le fait "qu'il n'avait pas reçu de coupons pour acheter du pain pour son
restaurant". Selon le gouverneur d'Ismaïliya, d'où était originaire l'homme – près du canal de Suez –, celui-ci souffrait de
troubles mentaux. »


 


Algérie


 


« Le même sentiment d'être abandonné par l'Etat semble prévaloir chez un jeune homme de 27 ans, qui s'est immolé
samedi près de la frontière tunisienne pour protester contre le refus du maire de le recevoir, lui et un groupe d'une vingtaine de jeunes qui réclamaient des emplois et des logements. Selon son
cousin, l'homme serait passé à l'acte après que le maire s'est moqué de
lui en lui disant "pas de travail, va faire comme Bouazizi, immole-toi". Donné pour mort dans un premier temps,
l'homme a finalement survécu à ses blessures »


 






Note 18/01/2011 14:07



à l'intention d'atatûrk,Post 11


 


" Cheikh Al Qaradhawi demande au peuple tunisien de parachever l'action libératrice et civilisatrice qu'il vient d'entreprendre en démantelant le système autocratique après avoir renversé le
dictateur. Une fois que la grande idole soit tombée il faut que les peites et moyennes idoles suivent le même sort si le peuple tunisien aspire à la liberté réelle et s'il veut se donner toutes
les garanties de ne pas être dépossédé de ses sacrifices et de sa lutte titanesque contre l'arbitraire et l'injustice." 


"Observation : le lecteur averti constate que Cheikh Qaradhawi ne revendique ni Khalifat ni état islamique mais démantèlement du régime despotique et la liberté pour le peuple tunisien.
Il ne s'agit pas de nier nos fondamentaux mais de fixer les priorités. Des voix s'élèvent en Tunisie et ailleurs pour créer des tension idéologiques et des clivages politiques pour détourner le
peuple tunisien de son combat immédiat et urgent."


 


Traduction et commentaire du communiqué d'Alqardawi :Omar Mazri


Source: http://liberation-opprimes.net/index.php?option=com_content&view=article&id=823:communique-du-cheikh-al-qaradhawi-sur-la-tunisie


 



Note 17/01/2011 23:18




Ali Seriati : "Peut-être on partira, mais on brûlera Tunis"


'Il faut que tout ça soit manipulé par un groupe affilié à Al-Qaida au Maghreb islamique. Pour nos amis français, c'est la
seule solution.' Ce à quoi a répondu Ben Ali, très cynique: 'AQMI en Tunisie, c'est la mort du tourisme, on va se suicider'."


" Aux Américains, un même argument devait être présenté : Kasserine, la ville où les manifestations ont été les plus durement
réprimées, était un "foyer islamiste". "Il y a eu un air de fête après les déclarations de Michèle Alliot-Marie lorsqu'elle a proposé d'aider à former des policiers tunisiens, poursuit Zyed. Et
Eric Raoult appelait tout le temps pour dire qu'il ne fallait pas ouvrir la brèche aux islamistes "


http://www.gnet.tn/revue-de-presse-internationale/ali-seriati-peut-etre-on-partira-mais-on-brulera-tunis/id-menu-957.html



Malak 17/01/2011 21:33



bizarre le commentaire de kemal il s'attendait à ce que l'armée tire sur les citoyens


un nostalgique du régime de ben ali qui s'exprime  le pauvre 



Kemal Atatürk 17/01/2011 20:24



alqardawi incite les tunisieens à installer une imara islamiste et rached alghennouchi exécute l'agenda des copains d'alqaradwi


ta vidéo de propagande est la meme utilisée par rached elghannouchi et son journaliste pour jouer cette scene de larmes 


http://www.youtube.com/watch?v=mkN1qzLvA0Q&feature=player_embedded


les tunisiens ne sont pas dupes; les islamistes chassés par la porte veulent entrer par la fenetre et profiter de la situation


j'ai le droit que mon commentaire soit publié


vive la tunisie sans les islamistes



Chahid Slimani 17/01/2011 02:33



Chère Malak


 


La vidéo est émouvante, un cri de soulagement, de dignité, de fierté … cet homme m’a beaucoup ému, 23 années de douleur
et de silence qui explosent ! 


 


Laisse-moi traduire quelques phrases à nos amis :


 


« Ben Ali le chien …  n’ayez plus peur … levez vos têtes… nous nous
sommes libérés…le peuple tunisien est libre… le peuple tunisien ne meurt pas… le grand peuple tunisien… vive la Tunisie libre… gloire aux martyrs… la liberté aux tunisiens…  ô tunisiens exilés… ô tunisiens emprisonnés… ô tunisiens qu’on a torturés… ô tunisiens qu’on a humiliés… ô tunisiens qu’on a peinés… ô tunisiens qu’on a volés…
respirez la liberté ….. ô tunisiens plus de peur, le criminel s’est enfui… Ben Ali s’est enfui… le voleur s’est enfui, le sanguinaire s’est enfui, l’assassin s’est enfui … »
etc.


 


Un cri du cœur, un vrai  poème…


 


Amitiés



Chahid Slimani 17/01/2011 02:05



Kemal Atatürk


 


Votre
commentaire est « émotionnel » car paniquard!



Chahid Slimani 17/01/2011 01:47



Salam Chère Madame Aline


 


Est-ce l’avènement de l’ère des nouveaux pouvoirs tant attendue ?


 


Durant ces derniers jours nous avons assisté avec fièvre à un duel implacable entre la machine de propagande habituelle
et la circulation rapide et en temps réel de l’information vraie et libre via les nouveaux canaux « alternatifs » d’information, internet et les chaines satellitaires comme Aljazeera



 


Ce duel a accouché de l’un des plus importants bouleversements dans l’histoire du pouvoir durant cette décennie.
 


 


Le sur-contrôle des régimes totalitaires, leur main de fer, leur ordre « superflu » (Marx) est aussi fragile
qu’on peut le croire. La Tunisie s’est libérée dans l’ordre et la stabilité contrairement à la propagande qui terrorise les gens dans le monde arabe « faites attention, tout changement de
régime se fera dans un bain de sang et des guerres civiles éclateront etc. etc. », les tunisiens sont en train de prouver le contraire aux autres sociétés assoiffées de changement et de
liberté : il n’y a pas plus pire que la servitude. 


 


Quand on apprend que l’armée tunisienne vient d’arrêter des étrangers et des « espagnols » munis  de cartes et de documents sur des musées et des sites archéologiques en Tunisie, quand on apprend aussi que des « allemands », viennent d’être arrêtés
circulant armés dans  des voitures, et que les sionistes se targuent d’avoir envoyé le même jour un « commando » récupérer une vingtaine de
juifs qui vivent en Tunisie, on ne peut que s’inquiéter et s’alarmer… et s’inquiéter aussi de la situation au Liban, les sionistes et leurs mercenaires rôdent dans les parages…


 


Mais comme le crie ce tunisien sur la vidéo « nous n’avons plus peur » !


 


Amitiés



Note 16/01/2011 23:31



à k.attatûrk


Votre commentaire pue quelque chose qui n'est plus étranger à personne sauf aux aveugles,qui ne veulent pas voir bien sûr.


D'ailleurs vous êtes mal placé pour decider à la place des braves tunisiennes et tunisiens. Qu'ils choisissent l'Islamisme,l'Athéisme ou le Confucianisme, ils sont seuls maitre de leurs destin et
destiné,c'était là aussi un des objectifs de leurs révolte.


Mais par bonheur,la religion n'était pas le facteur-moteur décisif de leurs soulevement, car si c'était le cas, on aurait assisté à des attentats sanglants fals flag comme le cas en Iraq ou à des
massacres de masse comme en Algérie dans les années 90.


Mais nous sommes confiants que les mûrs et matures tunisiens sauront faire de la dignité humaine et de la justice le ciment de leurs unité malgré leurs diversité idéologique et politique.


 



Malak 16/01/2011 20:58



bonjour à tous


ton texte brille de vérité et de profondeur merci à toi


j'ai pleuré en regrdant la vidéo de ce tunisien fier du peuple tunisien et de son soulévement


la révolution du jasmin a emporté ben ali et nos propres peurs


vive la tunisie, les tunisiens et la révolution du jasmin


 



Kemal Atatürk 16/01/2011 20:24



vous ne copmprenez rien à la tunisie et au monde arabe, votre liesse est émotionnelle, la tunisie va etre livrée aux islamistes de rached ghannouchi qui admire khomeiny


les tunisiens regretteront ben ali comme les iraquiens ont regretté saddam



aline 16/01/2011 19:22




Je ne résiste pas au plaisir de partager l'information qui suit: un deuxième tremblement de terre vient d'ébranler le monde arabe à l'est de la Méditerranée, au Liban. Il aura des répercussions
imprévisibles sur Israël, donc sur le monde entier. La politique mondiale est entrée dans un "shaker".


Amitiés


 



   




Hariri: un document audio révèle la fabrication des faux témoignages

Dimanche 16 janvier 2011

La chaîne de télévision indépendante libanaise NewTV a diffusé samedi 15 janvier un enregistrement audio d’une réunion secrète, tenue en 2005 à Marbella (Espagne). Y participent (de gauche à
droite sur le photo-montage utilisé pour illustrer la bande son) : Saad el-Hariri (fils de l’ancien Premier ministre assassiné), Mohamed Zuhair as-Siddik (le principal faux témoin), le
commissaire Gerhard Lehman (numéro 2 de la Commission d’enquête onusienne) et Wissam el-Hassan (bras droit de Saad Hariri et directeur des services de renseignement).

Au cours de la réunion, les conjurés décident de faire retomber le meurtre de Rafik el-Hariri sur quatre généraux libanais et neuf personnalités syriennes. Ils discutent aussi du paiement et de
la protection du faux témoin.

Rappelons qu’à la suite de cette réunion, quatre généraux libanais furent arbitrairement incarcérés durant quatre ans. Israël profita de la décapitation des services de sécurité libanais pour
attaquer le pays. Sur la base du faux témoignage de M. as-Siddik, la Commission mit en cause les présidents en exercice de la Syrie et du Liban, Bachar el-Assad et Emile Lahoud, tandis que les
Etats-Unis menacèrent d’intervenir militairement pour les arrêter. Le complot s’effondra lorsque les services secrets syriens démontrèrent l’inanité du faux témoignage.

Le Tribunal spécial pour le Liban a jusqu’à présent refusé d’enquêter sur « l’affaire dans l’affaire » (les faux témoins) et a refusé de remettre aux quatre généraux injustement incarcérés les
documents qui leur permettraient de se retourner contre leurs accusateurs.

Le commissaire allemand Lehman a été mis en cause dans son pays comme agent de la CIA impliqué dans le programme d’enlèvement, de séquestration et de torture en Europe. Il a été formellement
reconnu par une des victimes.

Après avoir séjourné en France, Mohamed Zuhair as-Siddik a disparu, avant d’être retrouvé aux Emirats arabes unis où il a été brièvement incarcéré pour immigration illégale et usage de faux
passeport. Lors d’une conférence de presse donnée au moment de sa libération, il a affirmé avoir reçu un faux passeport tchèque de la main du président français Nicolas Sarkozy.

Depuis plusieurs semaines, de hauts responsables du Tribunal —voyant la chute de celui-ci imminente— se sont mis à vendre au prix fort les documents auxquels ils ont accès.

Egalement en violation du secret de l’instruction, l’acte d’accusation aurait été présenté à New York la semaine dernière par le département d’Etat US au roi Abdallah Ier d’Arabie saoudite, au
président français Nicolas Sarkozy et à Saad Hariri (alors Premier ministre libanais), indique la presse libanaise. Il avait été prévu de le rendre public samedi 15, mais cela a été reporté au
lundi 17 en raison de la démission du gouvernement libanais. Les ministres états-unien et français des Affaires étrangères, Hillary Clinton et Michèle Alliot-Marie ont publiquement commenté le
contenu de l’acte d’accusation confirmant ainsi qu’elles en avaient illégalement eu connaissance.



Chahid Slimani 16/01/2011 18:57



Bonjour cher Note


 


Quel bonheur oui !


 


Nos jours ne se ressemblent plus, un mur est tombé, celui de la peur, cette maudite peur qui nous rabaisse, qui selle
nos dos.


 


J’ai toujours respecté et admiré Youssef al-Qardaoui qui est tout le temps lynché par les médias wahhabi et sionistes.
Ses prises de position font de lui un grand et honnête savant musulman.


 


Que vont dire ces wahhabi qui accueillent Ben Ali en ce moment ?


 


Quand j’ai posé la question, je pensais à eux… pour eux « Bouazizi » n’est qu’un « maudit qui ira en
enfer » !


 


Rions pour ne pas pleurer !


 


On apprend aussi que Ben Ali va faire sa Oumra  à la ville sainte !


 


Le summum de l’hypocrisie …


 


Amitiés



aline 16/01/2011 18:52



Cher Chahid, Salam,



Jai été très émue en lisant votre texte et votre hommage au martyr Mohamed Bouazizi m’a touchée au cœur. Votre métaphore du colibri et de la vipère s’est incarnée dans l’histoire. Il est des
morts qui pèsent lourd.



De votre analyse de la différence entre « la foule » et  « la collectivité » est particulièrement éclairante et d’une grande profondeur.



 Par une sorte « d’effet papillon » le sacrifice inaugural d'un seul homme - même si d'autres ont suivi -   comme un coup grand coup de poing sur un échiquier truqué, a envoyé aux
quatre vents  les pièces  du jeu,   bouleversé le cours de l’histoire et fait exploser toute l’organisation politique ancienne du monde fondée sur des mensonges, des
manipulations  et des pillages . Il y aura un avant et un après  la révolution tunisienne et les soulèvements en Algérie.  Les dictateurs arabes et autres gouvernements
autoritaires cajolés par les américano sionistes  commencent à trembler et leurs larbins occidentaux sont déboussolés. Comment, comment, les arabes n’attendent pas qu’on leur fasse
entrer  la démocratie  dans le crâne à coups de missiles. Ciel, comment allons-nous continuer à les voler, gémissent-ils in petto, tout en ayant l’air de soutenir le mouvement
du bout des lèvres.  Il faut entendre les déclarations pathétiques et misérables des Alliot-Marie, Mitterrand ou Baroin ! Quant à notre président,  si prompt à bondir sur le moindre
fait divers, il est brusquement devenu aphone. Il ne connaît d'ailleurs plus son très cher ami. Même M. Botul en appelle à l’action des hackers contre … un Ben Ali qui n’est plus là. C’est dire
!
Merci, cher Chahid, pour ce texte magnifique, et vive le peuple tunisien.
Aline



Note 16/01/2011 18:27



Quel bonheur cher Chahid ,


La soulèvement tunisien est tout un symbole pour le monde Arabo-musulman, l'Afrique et le reste de la planète.


Le peuple de Carthage a eu raison de son tyran soutenu par l'empire romain Atlantico-sioniste. Nous remerciements donc aux tunisiens pour avoir pompé un nouveau sang d'espoir dans nos veines de
desésperence, de frustration et de déception, puisque ils nous ont démontré fait à l'appui que le révolution contre l'injustice et l'arbitraire n'est pas du sort de l'impossible.


Non,M.Bouazizi n'est pas un "maudit",les maudits sont les théologiens et les intellectuels de la servitude, de l'ordre injuste établi et de la soumission à l'étranger.L'islam n'est pas une
religion de la paresse et du fatalisme politique, elle est celle du mouvement et du changement. D'ailleurs Cheikh Al Quaradhawi,qui est une référence pour plusieurs musulmans, a soutenu " la
révolution populaire tunisienne contre le despotisme et lui a donné " toute sa légitimité morale,religieuse et politique ". 


Le poète tunisien Echabbi avait raison de dire :


 Lorsque le peuple un jour veut la vie


Force est au destin de répondre


Aux ténèbres de se dissiper


Aux chaînes de se briser...


Quelque vers du grand poète Abu Elkacem Echabbi :


Ô tyran oppresseur...


Ami de la nuit, ennemi de la vie...
Tu t'es moqué d'un peuple impuissant
Ta main est teinte de son sang
Tu abîmes la magie de l'univers
Et tu sèmes les épines du malheur dans ses éminences


Doucement ! Que ne te trompent pas le printemps,
La clarté de l'air et la lumière du jour
Dans l'horizon vaste, il y a l'horreur de la nuit
Le grondement du tonnerre et les rafales du vent
Attention ! Sous la cendre, il y a des flammes


Celui qui plante les épines récolte les blessures


Suite et source : 


http://liberation-opprimes.net/index.php?option=com_content&view=article&id=819:en-hommage-a-la-resistance-du-peuple-tunisien


Bon courage à tout le monde.



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents