Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog de Chahid Slimani مدونة شهيد اسليماني

Vous qui entrez, gardez toute espérance…


De la Barbarie et des Barbares

Publié par Chahid Slimani sur 16 Juillet 2010, 02:02am

Catégories : #Justice

ustex.jpg

« Les Etats-Unis d'Amérique forment un pays qui est passé directement de la barbarie à la décadence sans jamais avoir connu la civilisation.» Albert Einstein

 

 

Quand certains Français parlent de l’ « identité nationale », leur « identité nationale » ; les Suisses des « minarets » ; les Américains des « haji » iraquiens et des « terroristes » arabes et iraniens etc., ils pensent certainement à la culture, aux « cultures ». Ils pensent à l’autre, le « Barbare ». 

 

Selon Claude  Lévi-Strauss, toutes les sociétés partagent cette tendance à l’ethnocentrisme. Une tendance qui consiste à considérer l’autre comme un « barbare » et qui peut resurgir chez tout individu : « L’attitude la plus ancienne, et qui repose sans doute sur des fondements psychologiques solides puisqu’elle tend à réapparaitre chez chacun de nous quand nous sommes placés dans une situation inattendue, consiste à répudier purement et simplement les formes culturelles : morales, religieuses, sociales, esthétiques, qui sont les plus éloignées de celles auxquelles nous nous identifions. « Habitudes de sauvages », « cela n’est pas de chez nous », « on ne devrait pas permettre cela », etc., autant de réactions grossières qui traduisent ce même frisson, cette même répulsion, en présence de manières de vivre, de croire ou de penser qui nous sont étrangères. »[1].

 

J’ai toujours voulu écrire quelque chose sur cette notion « élastique » de « Barbarie »[2], et je me retrouve aujourd’hui encouragé ou interpellé par un événement d’apparence anodin, mais qui est très révélateur à mon sens : les « occidentaux » n’ont pas apprécié la « Vuvuzela » sud-africaine, la trouvent insupportable, demandent de la bannir, et parlent même de risque de propagation de rhumes et de grippes à cause d’une simple « trompette »[3]

 

Sur cette pétition 93,529 % des participants sont pour l’interdiction de la Vuvuzela. Il y a certainement des participants qui n’ont jamais vu ou touché une Vuvuzela mais qui réagissent et se précipitent pour les mêmes raisons évoquées par Claude  Lévi-Strauss.

 

Quand on sait l’importance du son, de la musique et des danses tribales ou folkloriques non seulement pour les Sud-africains mais pour tous les Africains, on comprend que c’est toute une « culture barbare » qui est visée.

 

Il faut dire que les « Africains » n’ont jamais eu de chance avec les occidentaux. Génocides, esclavage, stéréotypes et insultes racistes. Il m’est arrivé de croiser des internautes qui parlent encore des Africains comme des « sorciers », des « barbares » et, tenez-vous bien, le mot « cannibales » a été aussi employé par une « illuminée » qui se trompe d’époque.

 

Et en parlant toujours de « foot », on apprend qu’après la dernière « mésaventure » de l’équipe de France,  des personnes criant « Dites à M. Escalettes que l'on veut une équipe de France blanche et chrétienne, virez les bougnoules, les “muslims” et les Noirs. Dites-lui que l'on reviendra et qu'on cassera tout. » ont envahi le 25 juin, le siège de la Fédération française de football (FFF).

 

George Armstrong Custer   ou son supérieur le général Sheridan (peu importe, ils sont tous des génocidaires) a dit des Amérindiens « effacés » de leur terre natale : « Un bon Indien est un Indien mort ». Depuis, on entend « un bon Noir est un Noir mort », « un bon Palestinien est un Palestinien mort »… voilà où commence la barbarie pour moi et voilà où  la peur -- dont parle Tahar Ben Jelloun[4] pour justifier le dernier carnage de Tsahal[5] l’« armée la plus morale du monde » selon Bernard Henri Lévy, contre les passagers de la flottille pour Gaza-- s’empare de moi.laura.jpg

 

Le Comte Arthur de Gobineau inventeur du mythe aryen et donc théoricien de la « barbarie contemporaine » avec son fameux et funeste Essai sur l'inégalité des races humaines[6], savait-il au moins dans quel abîme il engageait l’humanité ?

 

Les protagonistes du Darwinisme social et de l’Eugénisme porteront alors le flambeau de cette « barbarie scientifique »  jusqu’aux étoiles comme dirait un Mussolini.

 

En 1859 Charles Darwin va révolutionner la biologie avec son célèbre ouvrage De l'origine des espèces, où il est question de la théorie de l’évolution et du processus de la « sélection naturelle ». Au XIXe siècle une nouvelle doctrine politique évolutionniste qu’on appelle le Darwinisme social apparaîtra, suggérant que l'hérédité (les caractères innés) a un rôle prépondérant par rapport à l'éducation (les caractères acquis) et proposant une explication biologique aux disparités observées entre les sociétés sur la trajectoire prétendument unique de l'histoire humaine : les peuples les moins « adaptés » à la lutte pour la survie seraient restés « figés » au stade primitif conceptualisé par les tenants de l'évolutionnisme anthropologique . Selon cette doctrine la lutte pour la vie entre les hommes est l'état naturel des relations sociales et la source fondamentale du progrès et de l'amélioration de l'être humain. En d’autres termes, il est préférable pour le bien de la société et de l’humanité de  supprimer les institutions et comportements qui font obstacle à l'expression de la lutte pour l’existence et à la sélection naturelle, c'est-à-dire il faut tout simplement laisser survivre et s’épanouir les plus aptes et disparaître les moins aptes comme les pauvres, les malades etc. On propose entre autres, la levée des mesures de protection sociale, l’abolition des lois sur les pauvres, l’abandon des conduites charitables etc. Francis Galton par exemple qui prétend tirer de la théorie de Charles Darwin une méthode scientifique permettant l’amélioration des qualités natives, considère qu’avec les progrès de la civilisation, les grands principes des sociétés démocratiques, tels que l’altruisme, nuisent et entraînent la dégénérescence de l’espèce humaine.

 

L’eugénisme quant à lui part de l’idée ou du projet de sélection des individus pour assainir progressivement le « corps social ». Il s’agit de l’ensemble des méthodes qui visent à améliorer le patrimoine génétique de groupes humains, en limitant la reproduction des individus porteurs de caractères jugés défavorables, ou en promouvant celle des individus porteurs de caractères jugés favorables . Laurent Mucchielli en dénonçant cette « utopie eugéniste », la définit comme « une utopie scientiste qui revendique le pouvoir de redéfinir l’organisation sociale selon les ‘lois de la nature’, qui prétend être en droit (en devoir même) de prendre le relais des systèmes de gouvernement traditionnels pour remédier à une situation censée présenter des dangers pour l’avenir de l’espèce humaine, et qui prescrit un certain nombre de mesures de sélection sociales et physiques, sur un mode incitatif et/ou autoritaire, dans le but d’améliorer la qualité biologique des humains »[7].

 

Ainsi comme le pense le philosophe allemand Peter Sloterdijk, un fervent partisan de la sélection génétique[8], pour améliorer la qualité génétique de chaque génération et de toute l’espèce humaine,  une élite d’individus particulièrement aptes et doués dans chaque génération, devra procéder aux expérimentations et sélections génétiques requises pour optimiser le matériau de base des descendants.[9] Plus convaincu encore,  Francis Galton[10] pense qu’il faut favoriser la survie des plus aptes et ralentir ou interrompre la reproduction des inaptes. Et Alexis Carrel d’écrire dans son ouvrage de 1935, L’homme cet inconnu[11], « Pour la perpétuation d’une élite, l’eugénisme est indispensable. Il est évident qu’une race doit reproduire ses meilleurs éléments. ».

 

Je n’oublierai jamais l’expression des visages de mes étudiants découvrant pour la première fois  la « doctrine » du Darwinisme social et de l’Eugénisme. L’horreur.

 

Certes, le cadre « académique » dans lequel j’ai du enseigner ces deux « doctrines » ne me permettait pas de faire un lien avec une certaine actualité internationale, et plus précisément le blocus de Gaza. J’ai néanmoins aujourd’hui la possibilité sur cet espace de « Liberté » qu’est un blog, d’expliquer à mes étudiants comment et pourquoi tout est lié.

 

Si l’ethnocentrisme, le racisme, le Darwinisme social et l’Eugénisme sont une barbarie ; George Armstrong Custer, le général Sheridan et le Comte Arthur de Gobineau des barbares, le blocus de Gaza est le « summum » de cette barbarie. Car comme l’explique le philosophe Manuel de Diéguez « le blocus de Gaza, dont la population s'élevait à un million cinq cent mille âmes, avait creusé un immense fossé entre l'éthique naturelle des peuples du monde et le pourrissement mondial des élites dirigeantes de la démocratie, qui se refusaient toutes à condamner Israël. »[12].30031558.jpg

 

Israël est une barbarie, refuser de le condamner c’est succomber à la barbarie. Nous revoilà à re-citer[13] encore une fois le  « Voyage au bout de la nuit » de Louis-Ferdinand Céline [14] et la « nuit » de Nietzsche : « Nous devons désormais nous attendre à une longue nuit, à une longue abondance de démolitions, de destructions, de ruine et de bouleversements : qui pourrait en deviner assez dès aujourd’hui pour enseigner cette énorme logique, devenir le prophète de ces immenses terreurs, de ces ténèbres, de cette éclipse de soleil que la terre n’a encore sans doute jamais connue »[15] pour réanimer et interpeller ce qui reste de la raison et de la conscience des européens[16] qui sous-estiment les conséquences catastrophiques de leur soutien à Israël. capt_jrl10706201328_mideast_israel_palestinians_jrl107.jpg

 

 

« Les amis d’Israël souffrent en ce moment » a soupiré Bernard Kouchner[17]. Il a raison, car Israël pose à « ses amis » et au monde entier la question fondamentale suivante : peut-on maquiller une barbarie éternellement ?

 

Pendant que la Palestine retrouve son visage légitime, son vrai visage d’une terre violée et volée avec la complicité de la « Communauté internationale », Israël dévoile au monde entier, aux générations à venir et à l’Histoire, son vrai visage laid, imposteur, morbide[18] et barbare.

 

J’aurais pu dire que l’Egypte et certains pays arabes sont complices de cette barbarie, mais nous savons que sur cette scène internationale dominée par la barbarie, l’Egypte n’est qu’une vassale, et un vassal n’a pas le « privilège » ni de la civilisation ni de la barbarie. Un vassal n’est qu’un vassal, un médiocre comédien sur une scène qui brule devant le regard apathique et idiot de la foule.

 


[1] Claude  Lévi-Strauss : Race et histoire. Gallimard, Folio 1987

[2] Georges Bastide définit la barbarie comme « cet aspect de l’activité humaine par lequel l’homme fait au contraire subir à la réalité donnée un changement tel que la culture s’y trouve exploitée dans le sens de la négation et de la suppression de la communication des consciences, c'est-à-dire dans le sens de la diminution des possibilités de moralité dans le monde. » Cf Georges Bastide : Mirages et certitudes de la Civilisation. Editions Privat

[4] Pour Tahar Ben Jelloun « Quand un Etat est en proie à la peur, il est pris de panique et commet l'irréparable comme cela s'est passé lundi 31 mai au large d'Israël. C'est David Grossman qui évoque la peur à la base de ce qu'il appelle cette "souillure morale". ». Lire Tahar Ben Jelloun : « Peurs ». Ainsi, un « Etat » qui dispose de plus de 200 bombes atomiques et de l’armée la plus puissante de la région et du soutien inconditionnel de tous les pays occidentaux a peur  des battons et des barres de fer des passagers !   

[5] Serial killers et génocidaires de renom 

[6] Première édition parue en 1853

[7] Laurent Mucchielli : « Criminologie, hygiénisme et eugénisme en France (1870-1914) »: débats médicaux sur l'élimination des criminels réputés «incorrigibles» ». Revue d’histoire des sciences humaines, n° 3, 2000.

[8] Tout comme Alexis Carrel, Jean Rostand et  Charles Richet.  

[9] Cf Peter Sloterdijk : Règles pour le parc humain, traduction par Olivier Mannoni, Mille et une nuits, Paris 2000 ; Yves Michaud : Humain, inhumain, trop humain : réflexions philosophiques sur les biotechnologies, la vie et la conservation de soi à partir de l’œuvre de Peter Sloterdijk. Climats, Paris 2000 ; André PICHOT : La Société pure. De Darwin à Hitler. Flammarion, 2000.

[10] Francis Galton est le fondateur de l’eugénisme moderne.

[11] Alexis Carrel : L’homme cet inconnu. 1 ed. Lib.Plon. 1935

[12] Manuel de Diéguez : « La chute des démocraties dans la barbarie » 

[13] Lire  Chahid Slimani : Les Tartuffe, les aveugles, les sourds et la nuit.

[14]  Louis-Ferdinand Céline : Voyage au bout de la nuit. Gallimard-Folio. Paris 1972.

[15] Friedrich Nietzsche : Le Gai Savoir

[16] Lire Manuel de Diéguez : Le naufrage de la civilisation européenne

[17] Lors d’une émission sur TV5 Monde

[18] Lire Aline de Diéguez : Aux sources du sionisme : II - L'invention des notions de "peuple élu" et de "terre promise"

© Photo: Without Sanctuary: Lynching Photography in America

Le lynchage de Thomas Shipp et Abram Smith, un grand rassemblement des lyncheurs. August 7, 1930, Marion, Indiana. 7 août 1930, Marion, Indiana.

Cette photo était vendue comme carte postale.

© G.J. Farnum : lynchage de Laura Nelson. Oklahoma 25 mai 1911

© Rina Castelnuovo for The New York Times: un colon sioniste qui jette un verre de vin sur une femme palestinienne

© AP Photo/Kevin : Femme palestinienne par terre. Village Azawiyah, sud de Nablous, 2004.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Chahid Slimani 07/10/2010 01:05



Ihsan Dababseh, une autre palestinienne parmi d’autres humiliée  par un
soldat de l’« armée la plus morale du monde » selon Bernard Henri Lévy et ses amis …


 


Voir la vidéo


 


Sur cette vidéo Ihsan Dababseh raconte que les mêmes soldats de l’« armée la plus
morale du monde » selon Bernard Henri Lévy et ses amis, pissaient à côté d’elle …


 


 Voir la vidéo



Note 08/09/2010 12:25



@Dave,


Il parait que vous êtes de ceux qu'on a intoxiqué le crane à coup de mensonges et manipulations masse-médiatique(même si je pense que vous saviez bien ce que vous faites),comme par les
scènes de femmes lapidées par des Talibans dans des stades que tout le monde sait sauf les moutons qu'elles sont fabriquées par les agents de propagande américains et " la légion de l'etranger "
afghane à leurs service .


 Tibet : enquête sur une photo manipulée (Les soldats chinois ont été accusée par les occidentaux de se déguser en moines tibetains et de prvoquer des violences anti-gouvernement pour
justufier l'intervention de l'armée chinoise)


http://www.pcfbassin.fr/Fichiers%20PDF/International/TIBET%20-%20Enquete%20sur%20une%20photo%20manipulee.pdf






Chahid Slimani 08/09/2010 08:52



@ Dave


 


J’ai oublié de dire que les néocons sont des barbares aussi, maintenant je me rappelle en vous lisant et en consultant
votre blog !



Dave 08/09/2010 06:14



Amusant , vous avez oublié de mettre des photos de femmes abattus dans des stades par les talibans, ou lapidés par des mollahs, ou violées pour réparer l'honneur de leur frère...


Barbarie ? synonyme : islamisme !!



Chahid Slimani 17/08/2010 06:21



De la bestialité
sioniste  


Une ex-soldate a mis en ligne des photos la montrant souriante devant des Palestiniens aux mains entravées et aux yeux bandés






Chahid Slimani 25/07/2010 17:15



Bonjour cher Georges


 


L’homme a conquis l’espace, vaincu la nuit, la mer, les airs … asservi la matière et les diverses énergies … mais il est
revenu, comme disait Paul Valéry, à la futilité de l’enfance. Aujourd’hui, l’homme est intellectuellement et moralement plus pauvre que jamais ; un enfant sauvage qui a décidé de rebrousser
chemin et d’effacer « pan » par « pan » les acquis millénaires de notre civilisation, patrimoine et passé.


 


On raisonne et on construit des siècles durant et au moment où l’homme semble et se croit plus puissant et intelligent
que jamais, il rechute dans la futilité et l’absurde. Il redevient inconcevable à lui-même… un simple barbare …


 


Au milieu de toutes ses inventions, l’homme se sent comme un grand enfant qui s’est construit quantité de jouets, de
joujoux extraordinaires, « parmi lesquels il en est d’épouvantables » s’alarmait Paul Valéry.


 


L’humanité tout entière regarde et subit impuissante l’horreur de ces « joujoux épouvantables »…


 


C’est vrai, Sisyphe nous condamne tous en incarnant malheureusement l’absurdité de notre existence quand on arrête de
penser, de contempler et d’aimer.  Faire rouler éternellement un rocher dans un Tartare si sombre, si ténébreux, il n’y a là ni bonheur ni raison. Il
n’y a que suicide et aveuglement.


 


Un suicide intellectuel et moral, lent et silencieux, voilà à quoi se résume l’existence de l’homme
moderne…


 


Amitiés



Georges Stanechy 24/07/2010 20:59



 


 


Chère Aline, Cher Chahid, Bonsoir


 


 


Images, constats, terribles…


 


 


Autre constat, devant ces horreurs : la femme “noire” pendue et la Palestinienne agressée sont une aveuglante, tragique, illustration de
la manière dont ont été et dont sont traitées les « femmes » aux pays dits du “rayonnement démocratique et de la défense des droits de la femme”…


 


On ne peut que s’angoisser devant l’incapacité de l’Humanité à mettre en place des moyens de lutte contre la barbarie, contre la régression
des droits et de la dignité humaine. Car l’enjeu est, non seulement, dénoncer le comportement de nos sanguinaires nomenklaturas mais, aussi, chercher le “comment” y mettre un terme, des
garde-fous, des bornes.


 


« On ne doit pas déshonorer le drapeau !... », s’indignent nos politiciens démagogues, enivrés de populisme fascisant,
légiférant à tours de bras sur la protection des “valeurs” nationales, républicaines, judéo-chrétiennes, et autres référentiels de leur boîte à outils idéologique…expéditions militaires,
massacres, tueries, tortures, enlèvements, assassinats par drones ou opérations spéciales, soutiens aux dictatures néocoloniales, sont en augmentation exponentielle. Commis par leurs armées et
services spéciaux, dans l’impunité et la bonn


 


Mais, guerres, e conscience.


 


Dans leurs propres pays, les plus riches de la planète, les castes au pouvoir développent les politiques les plus sauvages à l’encontre de
ceux qui vivent dans la précarité, la pauvreté. Jusqu’à supprimer des cantines scolaires dans les quartiers défavorisés en Grande-Bretagne, ou des aides aux handicapés en France…


 


Il est vrai que le gouvernement britannique, pour satisfaire les exigences du lobby de l’armement, doit renouveler les missiles de ses
sous-marins atomiques, les Tridents : 30 milliards d’euros, minimum… La France n’est pas en reste dans le bellicisme déjanté.


 


Signe accablant : toutes les institutions internationales, mises en place au lendemain des abjections de la seconde guerre mondiale, sont
en faillite. Faillite morale, en premier lieu.


 


L’ONU, ses mascarades et ses dénonciations de “crimes” contre l’humanité à géométrie variable, au service de l’Empire, l’OMS au service des
lobbies pharmaceutiques, la FAO à ceux de l’agro-industrie, l’OIT sacrifiant la valeur essentielle du “Travail” au seul profit de la “Rente” et de la “Spéculation”, l’UNESCO incapable de
protéger, comme le rappelle Aline, le splendide patrimoine historique de l’Irak berceau de la civilisation urbaine et sédentaire, remontant aux Sumériens et même avant, ou encore celui des pays
d’Amérique latine, méthodiquement pillé par les gangs au service des richissimes amateurs d’arts premiers...


 


Arrêtons la liste, elle serait trop longue.


 


Devant ce champ de ruines : que faire ?... Par où commencer ?...


 


Nous voilà en Sisyphe, rocher au pied, face à la colline…


 


Faut-il une nouvelle apocalypse, telle celle qui se profile à l’horizon, pour tout remettre à plat ?...


 


Amitiés


 


 






Chahid Slimani 22/07/2010 06:50



Chère Madame Aline bonjour


 


«Quand un homme désire tuer un tigre, il appelle cela sport ; quand un tigre désire le tuer, il appelle cela férocité.»
disait George Bernard Shaw


 


Un jour avec des amis nous parlions du déclin de l’empire américain et des autres puissances en marche (Chine, Brésil…)
et une personne de nationalité saoudienne a dit « de toute façon je n’imagine pas notre monde sans McDonald's, Coca-Cola, Hollywood, New York, Oprah, Apple … ».


 


Le néo-colonialisme culturel américain a toujours su comment ridiculiser les autres cultures et faire passer les autres
pour des « barbares » en puissance, ne laissant aux apeurés de toutes les cultures qu’une seule alternative : le rêve américain. Les apeurés succombent vite et deviennent des
« fascinés » et un « fasciné » est justement l’homme des trois slogans « La guerre, c’est la paix » ; « La liberté, c’est l’esclavage » ; « L’ignorance, c’est la
force  ».


 


Les américains ont tendu à l’humanité tout entière le piège de leur barbarie et messianisme enracinés. Un cauchemar qui
dure depuis.


 


Simone Veil le savait déjà en 1943 « l’Europe est à la croisée des chemins entre l’Amérique et l’Orient. Nous
savons très bien qu’après la guerre, l’américanisation de l’Europe sera un grave danger. Nous n’ignorons pas non plus que nous serons perdants si cela devait arriver. Ce que nous perdrons est
toute cette partie de nous-mêmes qui est si proche de l’Orient » (Chroniques « services de la France Libre ». Londres 1943)


 


A cause de cette américanisation ravageuse  et destructive de tout ce qui
fut le repère de toutes les cultures car berceau des civilisations, de la civilisation humaine, l’Orient et l’Europe ont abdiqué et préfèrent réprobation et rejet mutuel.


 


D’où l’importance d’Israël dans ce dessein : attiser la tension et perpétuer déchirure et hémorragie entre l’Orient
et l’Europe.


 


Comment un empire de barbares et de génocidaires a-t-il pu ainsi duper l’Orient et l’Europe, pourtant berceau de toutes
les civilisations, de toutes les grandes et bonnes idées. Berceau de la raison ?


 


Comment un texan qui n’a dans sa tête que de la bière et du « steak frites » a-t-il pu manipuler ces deux
berceaux de la raison et donc de la civilisation ?


 


La tragédie continue…


 


« Cette tragédie culturelle nous a tous gravement
appauvris et nous a rendus orphelins d’un pan entier de notre
passé. »


 


Mais je m’accroche avec sérénité et optimisme à votre « nous » car il est important et
prometteur.


 


Notre avenir, notre maison et notre civilisation seront un « nous » ou ils ne seront pas !


 


Amitiés



aline 21/07/2010 19:56



Cher Chahid, bonjour,
Avec le thème de la barbarie, vous avez visé le cœur de notre civilisation. Mais la barbarie est une notion tellement vaste que vous avez-vous-même circonscrit vos exemples au XXe siècle. Simone
Weil, disait que la barbarie est «un caractère permanent et universel de la nature humaine, qui se développe plus ou moins selon que  les circonstances lui donnent plus ou moins de
possibilités». C’est pourquoi La barbarie a une histoire. Elle se manifeste lorsque le rapport des forces dans une société est impuissante à canaliser la violence  de ses membres ou de
ses institutions.



Un régicide écartelé en place publique – comme ce fut le cas pour l’assassin d’Henri IV -  serait un spectacle insupportable et jugé horriblement barbare par nos sociétés « policées
», qui acceptent en revanche  sans trop broncher les bombes au phosphore blanc sur des civils sans défense de Gaza, petits fours crématoires portatifs, tout-en-un, puisqu’elles tuent et
carbonisent d’un même mouvement.  La sensibilité à la cruauté et à l’inhumanité ont donc également une histoire .



La barbarie moderne qui nous atteint le plus gravement  est aujourd’hui celle qui est liée à la pax americana pour la bonne raison que l’empire américain impose  au monde par tous les
canaux médiatiques à sa dévotion, la norme de sa «morale», de son mode de vie et de son vocabulaire. La forme que prend sa barbarie est plus choquante que celle d’autres peuples car elle
se présente sous la forme mensongère du « Bien » et de la « civilisation ». Elle vise donc à pervertir notre sens moral et nos valeurs.



Le monde totalitaire imaginé par Orwell et défini par ses trois slogans a débarqué dans la politique :
- « La guerre, c’est la paix »
- « La liberté, c’est l’esclavage »
- « L’ignorance, c’est la force  »
La barbarie moderne manifeste  cependant de nombreux points communs avec la barbarie des temps anciens et notamment son inculture. En 1258, des livres inestimables de médecine et
d’astronomie ont été  jetés dans le Tigre lorsque  le mongol Hulagu a  envahi Bagdad. Quand, en avril 2003, les troupes de la pax americana sont entrées dans Bagdad, elles sont à
l’origine d’une catastrophe culturelle d’une ampleur égale: les nouveaux Mongols ont provoqué la destruction irrémédiable d’une partie immense  du patrimoine culturel irakien - et universel
- dans les bibliothèques, les musées et tous les sites archéologiques qui ont servi de casernes aux envahisseurs. Cette tragédie culturelle nous a tous gravement appauvris et nous a rendus
orphelins d’un pan entier de notre passé.



L’ignorance et l’inculture sont des causes importantes de barbarie, mais les principaux moteurs de l’inhumanité barbare sont le racisme, l’exclusion ainsi que  le déséquilibre des forces en
présence. En effet,  l’utilisation de moyens techniques modernes permet une industrialisation du meurtre et aboutit à une extermination en masse grâce à des technologies scientifiques de
pointe que seul possède le prédateur.



La barbarie des guerres asymétriques menées aujourd’hui par l’empire américain et son appendice   israélien sont dans toutes les mémoires. Nous sommes loin d’une « barbarie
artisanale ». Certes, les machettes font également  de gros dégâts lorsque se déchaîne la fureur. Mais personne n’a jamais prétendu  qu’il s’agissait d’une manifestation du
«Bien », du « Droit de se défendre » ou de «l’exportation de la Démocratie » .



Comment oublier Jénine, les chars écrasant les maisons comme des coques de noix, les habitants y compris. Falloudja réduite en bouillie, maisons et mosquées, écoles et hôpitaux, les habitants
impitoyablement exterminés.  Gaza, le Liban sous les bombes  les plus meurtrières; la barbarie de la guerre en Afghanistan, les bombes à fragmentation - qui explosent pour déchirer les
êtres humains alentour -  les prisonniers afghans, transportés à la base américaine de Guantanamo à Cuba  où ils ne bénéficient pas du statut de prisonnier de guerre selon la Convention
de Genève, les tortures légalisées, les procès secrets devant des tribunaux militaires américains qui peuvent prononcer la peine de mort. Et que dire des tortures abjectes d’Abou Ghraib !



Et aujourd’hui « la seule Démocratie du Moyen Orient » met au point l’assassinat à distance opéré par de ravissantes poupées-tueuses confortablement installées devant leur écran. Un
clic, un mort, entre deux papotages avec la copine installée  à côté, le sommet du confort. Repérer et tirer, le tout sur l’écran d’un ordinateur, pas de stress, pas de
risque pour la tueuse, efficacité garantie, le comble de la déshumanisation. La guerre comme un jeu vidéo, le comble de la barbarie.



La barbarie industrielle moderne est en marche et plus rien n’inhibe  une  pulsion de meurtre qui fait des hommes des êtres moins « civilisés » que la plupart des animaux qui
ne tuent que pour manger.
Tenir et résister,
Amitiés



Chahid Slimani 21/07/2010 01:42



Amen!



armand 20/07/2010 19:43



amen


cher monsieur israel est une democratie en guerre, il a ses raisons!



Chahid Slimani 19/07/2010 23:40



Bonjour Armand


 


1-      Dans une société, n’importe laquelle, les couches
sociales les plus défavorisées subissent les premières l’impact de la crise ; crise économique, politique, culturelle etc., enfants, femmes, personnes âgées, handicapés, salariés… subissent
et reflètent alors les conséquences douloureuses de n’importe quelle crise. La condition des femmes dans les pays cités et dans d’autres pays musulmans, que je dénonce d’ailleurs, reflète la
triste réalité des élites et bourgeoisies en place (très occidentalisées) qui instrumentalisent coutumes et pratiques ancestrales (souvent interdites par l’Islam) pour maintenir des systèmes
féodaux et corrompus. Soyons honnêtes pour condamner ces élites et ceux en Occident qui les soutiennent par simple islamophobie rien d’autre…


 


2-      Si vous considérez comme « démocratie » les
quelques généraux criminels de guerre qui s’échangent le gouvernement israélien et les lois israéliennes racistes qui imposent aux autres minorités une vision ethnique de la citoyenneté, ainsi
qu’une armée sanguinaire qui nous présente chaque année son spectacle inédit d’un génocide plus atroce que le précédent, félicitations alors ! 


 


3-      Rappelons cher monsieur que Démocratie n’est pas
synonyme de Civilisation. La démocratie n’est qu’un système politique comme d’autres à la portée de toutes les manipulations et desseins. La démocratie allemande a accouché d’un Hitler considéré
comme la barbarie même ; en même temps l’Allemagne fille de la civilisation germanique et romaine a offert à l’humanité les plus grands savants et philosophes… une démocratie n’est jamais à
l’abri de la médiocrité et donc de la barbarie.


 


« Les empires ainsi que les hommes ont leur vie propre. Ils grandissent, ils arrivent à l’âge de maturité, puis ils
commencent à décliner» disait Ibn Khaldoun (Oswald Spengler entre autres aussi), or les « mauvaises décisions des dirigeants » comme vous dites quand elles sont la règle,
sont un signe sérieux d’un déclin proche. Mauvaises décisions sur mauvaises décisions et Rome a fini par chuter. Il a suffi d’un seul Bush pour nous faire comprendre que l’empire américain n’est
que du passé désormais. Commence alors la propagande nationaliste qui ne voit la Civilisation que comme la culture de sa propre nation, ignorant ainsi la civilisation des autres et tout ce qui
est rationaliste et universaliste. Ce que Marcel Mauss (Œuvres. Tome II) appelle la « notion de fonds commun ».


Je ne condamne pas ce qui reste de la Civilisation occidentale pour lui imposer ma propre civilisation, non, je trouve
qu’il est grand temps pour nous tous sans distinction de race, de religion ou de sexe, de nous fondre dans une seule Civilisation, la Civilisation humaine.



armand fg 19/07/2010 19:21



il est prétentieux de votre part cher monsieur de considérer les états unis d’amérique et israël une des rares démocraties dans le continent
asiatique comme des barbaries, par contre aucun mot sur le pakistan, l’arabie saoudite ou l’iran, je crois que la condition des femmes dans ces pays inspirée directement du coran est la plus
inhumaine des barbaries


réduire toute une
civilisation occidentale à quelques mauvaises décisions des dirigeants est  abusif et grossier



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents