Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog de Chahid Slimani مدونة شهيد اسليماني

Vous qui entrez, gardez toute espérance…


Doha ! Doha outragée ! Doha brisée ! Doha martyrisée ! Mais Doha libérée !

Publié par Chahid Slimani sur 7 Juillet 2017, 00:13am

Catégories : #Liberté

« Le siège est attente
Attente sur une échelle inclinée au milieu de la tempête. »

Mahmoud Darwich

Quand j’ai commencé à publier en 2013 la série de textes « The purge »[1],  tissant ma réflexion autour de l’idée centrale du meurtre rituel planétaire[2], je savais que le tour du Qatar approchait. En révélant la funeste « doctrine » américaine au Vietnam et ailleurs « Nous allons détruire le village pour le sauver. », je savais qu’un jour un Donald Trump soufflerait à l’oreille des fameux vassaux arabes « Nous allons détruire le Qatar pour le sauver. ».

 

Le bûcher sur lequel le Qatar devait être brûlé était déjà construit. En 2014 j’écrivais « Les Babylone de la civilisation islamique seront foudroyées » les unes après les autres, mettant ainsi en garde le plus jeune et visionnaire dirigeant arabe, Cheikh Tamim ben Hamad Al Thani, qui devait comprendre « qu’un un homme averti en vaut deux »[3]. Le décompte du compte à rebours avait commencé le 21 mai à Riyad, le jour où l’Egyptien Sissi, le Saoudien Salmane et l’Américain Trump, les mains sur un globe lumineux aux significations mystérieuses, ont allumé le bûcher. Depuis,  le compte positif pour le renversement du Cheikh Tamim ben Hamad Al Thani est en marche.

 

 

Doha poignardée !

 

Les poignards de certains pays, médias et intellectuels arabes dans le dos du Qatar me rappellent le complot de l’assassinat de Jules César par les sénateurs romains traîtres, mais surtout le coup de poignard de son propre fils Brutus. Dans la pièce de William Shakespeare, Jules César, Brutus immortalise son propre drame, tels ces « frères arabes » qui ont voulu assassiner le Qatar et son Emir à cause de leur ambition légitime : « César m'aimait et je le pleure. Il connut le succès, je m'en réjouis. Il fut vaillant, je l'honore. Mais il fut ambitieux et je l'ai tué. Pour son amitié, des larmes. Pour sa fortune, un souvenir joyeux. Pour sa valeur, du respect. Et pour son ambition, la mort. »

 

 

Doha outragée !

 

Le siège du Qatar a été annoncé par l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, l'Égypte et le Bahreïn, le 5 juin, c'est-à-dire quelques jours seulement après le début du Ramadan. Un choix sadique et douteux  par ces quatre pays, mais surtout outrageant et ironique pour le reste du monde arabe et musulman. Alors que Sadate avait lancé sa célèbre guerre contre Israël un jour de Ramadan, des pays arabes choisissent de lancer leur guerre politique, économique et médiatique contre un autre pays arabe durant le même mois de recueillement, d’apaisement et d’union.  

 

 

Doha brisée !

 

Comme toute guerre sale, l’intensité de ce siège fulgurant et dévastateur a frappé tous les esprits dans le monde arabe et musulman. Un acharnement lâche qui nous étouffait quotidiennement à regarder l’héroïque chaîne Al Jazeera au moment de la rupture du jeûne. Des Qataris brisés, privés de tout mais dignes devant un tsunami de guerre psychologique.  Comment ne pas penser au blocus de Gaza…

 

Non, il ne s’agissait pas de « faire rentrer le Qatar dans le rang » comme disaient les analystes, mais de le briser et le paralyser par un coup de massue pour pouvoir renverser dans le silence l’Emir du Qatar et introniser dans le brouhaha de la fameuse danse au sabre, le prince Mohammed ben Salmane Al Saoud, Roi des Arabes.

 

 

Mais Doha libérée !

 

Les Qataris sont un peuple fascinant. Il leur a fallu une semaine seulement pour reprendre conscience après un tel coup paralysant. Et tel un Sartre, sous le blocus, ils ont compris l’essence même de la liberté. Sartre n’avait-il pas écrit un jour en 1944, « Jamais nous n’avons été plus libres que sous l’occupation allemande ». Jamais les Qataris n’ont été plus libres qu’aujourd’hui sous le blocus des « frères arabes » vassaux de l’oncle Sam.

 

Doha et les Qataris se sont libérés de l’hypocrisie et de la lâcheté des « frères arabes ». Ils se sont libérés de la sisyphéenne danse au sabre. Ils reprennent dignement leur destin en main.

 

 

 

[1] The Purge est conçu par l’auteur, de son vrai nom, Chahid Slimani, universitaire arabe et musulman, comme un puzzle qui mène vers une image claire sur une Europe piégée dans un labyrinthe de miroirs. Des miroirs forgés par les mythes fondateurs d’une civilisation égocentrique aux origines gréco-romaine et judéo-chrétienne. Dans le monde musulman, nous avons, plus que jamais, besoin de cette image, afin de comprendre et d’anticiper.

[2] The purge (I) : du meurtre rituel planétaire…http://chahidslimani.over-blog.com/the-purge-i-du-meurtre-rituel-plan%C3%A9taire%E2%80%A6

[3] The Purge (X): Le Qatar et les torchons des «mignons» de M. Vladimir Poutine… http://chahidslimani.over-blog.com/2016/02/the-purge-x-le-qatar-et-les-torchons-des-mignons-de-m-vladimir-poutine.html

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Brahim 12/08/2017 19:13

Les pays du Golf sont tombés dans le piège bien ficelé par les américains. Ceux-ci ont fait preuve de leur esprit malin et nuisible et ont eu recours au fameux principe "disperser pour régner". Et comme la plupart des arabes n'ont pas encore atteint la majorité mentale, ils se croient amis et alliés des américains qui, fidèles au principe qui dit que les fins justifient toujours les moyens, sont prêts à détruire la moitié de la planète pour être régner sur l'autre.

Samson 11/07/2017 16:50

il faut tout changer pour que rien ne change au Moyen Orient

yesterday 10/07/2017 19:34

chapeau pour Israël un vrai berger qui mène son troupeau comme il veut même à se jeter dans le vide

كلثوم 09/07/2017 19:28

غريب !كيف لقطر أن تواجه كل هذا التكالب

nawal 09/07/2017 17:53

une crise totalement absurde
Depuis presque trois semaines, un bédouin est coincé entre les frontière saoudienne et qatarie. Zayed al-Marri, est "considéré comme qatari par les Saoudiens et comme saoudien par les Qataris",il est refoulé de poste-frontière en poste-frontière sous un soleil écrasant.

akram 08/07/2017 19:01

les saoudiens blanche neige de chez blanche neige

Botros 08/07/2017 03:01

la Turquie n'a pas encore dit son mot et pourra rendre les choses encore plus compliquées pour tout le monde dans la région

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents